AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maître Mot : Confusion.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Maître Mot : Confusion.   Mer 23 Juil - 2:02

Marlene avait réussi à traverser la barrière magique sans avoir cette stupide appréhension qui l'habitait depuis sa première année. Bien qu'élevée dans le milieu sorcier, la Gryffondor éprouvait certaines réticences à foncer dans un mur devant des centaines de personnes. Mais cette année allait être loin d'être comme les précédentes ; elle n'avait même pas encore commencé que tout était déjà différent : Lily avait des troubles de la mémoire, Sirius venait de rencontrer ses parents, Marlene avait perdu sa sœur et Alice était en retard. Certes, tous les débuts d'année ne sont pas normaux et sans accroches, mais celui-ci était... spécial. Peut-être parce qu'il était le dernier. Oui, peut-être.

Voilà à quoi Marlene pensait, tandis qu'elle regardait sans vraiment regarder les passants du quai, tous sorciers. Sous ses yeux, certaines familles se disaient au revoir, d'autres se chamaillaient à propos de telle ou telle chose, des enfants pleuraient à chaudes larmes et d'autres crépitaient d'excitation. Un couple d'élèves, un peu plus âgés, s'enlaçait tendrement, et ce fut cette vision qui fit Marlene réaliser que Sirius la tenait toujours fermement par la taille.
Puis elle réfléchit. La dernière fois où ils avaient été aussi proches datait de février dernier, mois pendant lequel ils avaient brièvement flirté, Saint Valentin oblige. Certains disaient - et Marlene le pensait parfois - que sortir avec un de ses amis n'était pas une bonne idée, et que cela pouvait gâcher une amitié. Mais Sirius Black était la « case départ » pour toute fille qui se respectait, et même s'il était un dragueur invétéré pouvant se montrer arrogant et irrespectueux (mais si, mais si), il n'était pas moins que le garçon le plus adulé de Poudlard.

*Et il embrasse définitivement trop bien.*

Le fait que Marlene ait croisé le regard des deux tourtereaux était un parfait hasard, mais elle eut la vague impression que même si elle ne les avait pas vus, elle se serait quand même rendue compte que Sirius l'enlaçait. Pourquoi ? Plusieurs raisons. La première étant qu'un bon nombre de filles lui lançaient des « Avada Kedavra » du regard.

Tic tac. Le temps passait et Marlene songeait toujours au bon vieux temps, tandis que le faux couple continuait de marcher en direction du train. Elle prit soudain les choses en main et se dégagea brusquement de l'étreinte de Sir Black.


"C'est bon. Lâche-moi, maintenant. C'est trop... bizarre." grommela-t-elle en faisant mine de se nettoyer les vêtements. Oui, je vous l'accorde, Marlene était terriblement superficielle, parfois... Rolling Eyes

Pourquoi bizarre ? Parce que si elle disait que c'était agréable, Sirius risquerait de penser qu'elle avait des sentiments pour lui, ce qui était plutôt défavorable pour la Miss McKi' ici présente.
Et aussi parce que bizarre était le premier qui était venu à son esprit.

Elle se lissa les cheveux de la main gauche – geste inutile, car ils lui revinrent immédiatement en travers du visage – et étudia son interlocuteur l'espace d'un instant. Elle l'étudia discrètement comme si elle voulait déceler ses intentions, comme si elle voulait savoir à l'avance sa réponse. Effort vain, évidemment, puisque Sirius Black ne pourrait pas être fascinant s'il était prévisible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Sam 26 Juil - 22:29

Après s'être sauvé en compagnie de Marlène, du quai moldu, pour échapper aux parents de Lily, Sirius Black était maintenant du côté sorcier, après avoir passé sans même s'en rendre compte la barrière magique.
Franchir cette ligne invisible, séparant deux mondes, différents mais néanmoins complémentaires, pensait-il, ne l'avait jamais perturbé, ni même inquiété. Il se rapellait que, la première fois où il l'avait passée, les heures précédents ses premiers pas à Poudlard, il avait même trouvé celà marrant.
Ses premiers pas à Poudlard... C'est en songeant aux années précédentes que Sirius continuait à marcher sur le quai longeant la locomotive, tenant toujours assez fermement Marlène par la taille. Ses premiers pas à Poudlard... C'était la dernière année. La dernière fois qu'il passait sur ce quai en tant que "je rentre à Poudlard pour la rentrée de septembre", par exemple.

Il eut un soupir, si leger qu'il semblait inexistant, et il regarda loin devant lui. Ne faisant pas attention aux autres élèves, qui parfois le saluait, marchant simplement, inspirant avec une attention particulière les odeurs de cette endroit si... Bizarre ?
Il plongea son regard insondable dans celui de Marlène, après que celle çi se soit dégagé de son étreinte a toute vitesse, en grommelant. Il ne souffla aucuns mots, restant arrêté, maintenant face à la jolie brune, puis il eut un sourire, amusé, bien sûr, mais néanmoins lointain.


"Dommage..." Finit-il par lui répondre.

Prenait ce petit mot comme vous le souhaitez.
Sir Black l'avait soufflait comme ça, pour dire quelque chose, pour ne pas rester stoïque alors qu'une fille le repoussait. Certes, il avait soufflé ce mot de manière tout à fait mysterieuse, et observer maintenant longuement Marlène, avec une attention insondable, mais bon.

Il cessa de regarder la jeune femme tandis qu'il se faisait interpeller par un petit groupe de filles de dernière année, et leur répondit brièvement par un sourire, avant de reprendre sa marche, leur marche, en fait, puisque Marlène devait bien être en train de le suivre, non ?
Bref.
Ni sourires dragueurs, ni phrases séductrices, c'était en fait assez étrange de voir que Sirius ne répondait pas plus que ça aux regards langoureux et admirateurs des filles qu'il venait de croiser. Si les autres Maraudeurs auraient été là, Mister Sexy aurait eu droit à des commentaires du genre : "Quelque chose te tracasse ? (Remus)" / "Patmol a t-il perdu son flair ? (Peter)" / "Ne me dis pas que tu es devenu impuissant ou gai, regarde le petit corps de la petite blonde et profite de ce que la nature t'a donné. (James)".
Il secoua légèrement la tête, passant une main sur sa nuque, et tourna la tête pour voir où était McKi'. Son regard gris pâle redevenu le regard brillant et pétillant qu'il avait toujours eu, et que tout le monde lui connaissait.


"Tu as peur de froisser l'âme de ton amour de vacances si tu restes contre moi ?"

Il esquissa un sourire qu'on ne saurait décrire, alors qu'il cherchait explication auprès de la belle Gryffy'. Enfin, chercher explication, chercher explication... C'était aussi une manière de satisfaire sa curiosité, comme il le ferait avec n'importe qui, précisons-le. Car Mister Sexy était très, très, très curieux, surtout avec ses ami(e)s. Et Marlène était une de ses amies, alors...
Son sourire s'agrandit, guettant la réponse de Marlène.
Une Marlène qu'il détaillait sans le laisser paraitre, remarquant à quel point, elle avait... Changée ? Non, pas tant que ça. A quel point elle paraissait... Grandie ? Oui, quelque chose comme celà. Une petite voix dans sa tête eut une remarque appréciatrice, qui lui disait que, dans l'absolu, McKi', ici présente était vraiment... Belle, jolie, amusante, rayonnante et... Ayant gagné en charme ?

Il lui adressa le sourire number 2 du loveur qu'il était, amusé.
Amusé par la situation précédente, par la situation actuelle, par ses pensées, par... Un peu tout, en fait, comme d'habitude. Car l'amusement, même puéril, permettait à Sirius de se libérer. De ce qui l'entravait, et l'entraverait toujours, pensait-il. Le libérer de ses pensées, et autres réfléxions, apporter une nouvelle bouffée d'oxygène pour... Tout recommencer. Tout ça, tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Dim 27 Juil - 0:59

"Dommage..."

Après cette réflexion, Marlene demeura un instant interdite. Elle ne savait pas comment prendre cette petite réplique pleine de mystère, très Siriusienne. Elle ne savait pas s'il était prétentieux au point de penser qu'il était dommage pour Marlene de rater une telle occasion - bah oui, un Sirius vous tenant par la taille n'est pas une chance donnée à toutes les filles - ; ou s'il disait que c'était 'dommage' comme dans « C'est dommage que tu ne veuilles pas de moi, parce que moi oui. »
Mais Miss McKi' rejeta bien vite cette dernière idée de sa tête en entendant Sir Black ajouter, visiblement très amusé :

"Tu as peur de froisser l'âme de ton amour de vacances si tu restes contre moi ?"

Et là, soudain, elle commença à se demander si Black ne l'avait pas espionnée pendant deux mois - oui, je vous l'accorde, Marlene réfléchissait beaucoup trop.
Parce que... oui, en effet, elle avait eu un petit béguin de vacances, mais froisser son âme était un bien grand mot vu que Trevor - c'est le nom du garçon - avait rompu avec elle par téléphone peu avant la fin du mois de juillet. Elle était encore aujourd'hui un peu chamboulée, m'enfin...
Bref. Il y eut une fraction de seconde juste après les dires de Sirius pendant laquelle Marlene eut une soudaine envie de pleurer. Pleurer beaucoup. Ça s'était peut-être lu dans son regard.

Mais elle regagna bien vite sa confiance. Marchant toujours aux côtés de Mister Sexy, elle leva un coin de sa bouche et rétorqua, dardant sur lui des yeux un peu rieurs :


"Je ne sais pas trop..."

Elle quitta un instant le regard de son interlocuteur et fixa le vide, les sourcils froncés, comme semblant réellement peser le pour et le contre.

"En fait, je pense qu'il pourra très bien-"

"Salut, Sirius !"

*... C'est qui, ça ?* Suspect

Marlene ne l'avait même pas vue arriver. Pourtant, devant elle était bel et bien... Qui d'ailleurs ? Elle n'en avait pas la moindre idée. Sûrement une première année. Pourquoi ? Parce qu'elle était plus jeune que Marlene... et vraiment beaucoup plus petite. Et normalement, Miss McKi n'était pas censée se sentir déstabilisée. Mais vous savez quoi ? Elle avait ses raisons.
1) La petite était blonde. Les garçons en général aiment les blondes.
2) Elle était habillée beaucoup plus léger que Marlene : débardeur pastel et petite jupe en jean. Marlene, elle, portait son jean fétiche, un t-shirt un peu rock caché par une veste noire ouverte.
3) La petite avait une queue de cheval rehaussant les traits de son visage. Marlene, elle, avait les cheveux faiblement lâchés sur ses épaules.

Puis elle cessa de se comparer à une gamine de dix ans. Ben vouais, quoi, Marlene n'avait plus la tête à réfléchir...
Et à force de ne plus réfléchir, elle se mit à observer la fillette. Elle remarqua combien elle semblait subjuguée par Sirius. C'était assez amusant, en fait, de savoir qu'elle avait embrassé le garçon que cette fillette rêverait - sûrement - d'embrasser. Elle se sentait bien, exceptionnelle.
C'est peut-être ce qui la fit se sourire à elle-même, se disant qu'elle était tout de même assez chanceuse.


"Tu veux venir dans notre wagoooon ?" proposa la fillette d'une voix traînante, et lançant à Sirius ce qui avait tout l'air d'être un regard aguicheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Dim 27 Juil - 13:55

Il observait Marlène tandis qu'elle semblait réfléchir quant à sa petite phrase, qu'il avait ajoutée, rappelons-le, simplement pour ne pas perdre face, ou quelque chose comme ça. Bref. Il regardait donc consciencieusement la brunette, plissant très légèrement le nez alors qu'il décelait, bien que vaguement, un petit -il-ne-savait-comment-le-définir, dans le regard de Marlène. Elle avait eu un amour de vacances ? C'était ça ? Et cet amour de vacances et bien... Etait resté un amour de vacances, sans suites, ni rien ?
Il imagina l'espace de quelques secondes McKi', en maillot de bain, sur une plage ensoleillée, en train de se faire dorée, allongée près d'un garçon plutôt grand, musclé, brun et bronzé. Hum... A regarder de plus près sa pensée, le garçon aurait très bien pu être lui.
Lui avec Miss McKi' ? Ah, ah.
Perdu dans ses propres songes, il fronça imperceptiblement les sourcils.
Avec McKi'... Oh, si, il se rappelait parfaitement qu'en février dernier, il avait flirté, l'espace d'une journée, avec elle. Flirter jusqu'à partager un baiser final, qui... Comment était-il, déja ? Se replongeant dans ses souvenirs, il restait silencieux.
Il avait embrassé McKi'... Ah oui, sa avait été... Normal. Pas banal, mais... Disons que sa avait été la conclusion de cette journée de St Valentin, mais qu'il n'y avait pas eu suite, parce qu'il n'y avait pas eu la petite animosité que Sirius aimait, dans ses relations. Hum... Il été vrai que Siri' avait toujours aimé les filles assez entreprenantes, du moins, après que lui ai fait le premier pas. Mais est-ce qu'il n'avait donné aucune suite avec Marlène simplement parce que cette dernière n'avait pas été assez... Fougueuse selon le beau brun ?
Il secoua très légèrement la tête, replongeant son regard dans celui de McKi'. Peut-être lui parler t-elle, à vrai dire, il se demandait à l'instant quelles seraient les conclusions qu'il tirerait si il embrassait de nouveau Marlène. En tirerait-il les mêmes conclusions, douteuses, que l'an passé ?

Un sourire vint naitre au coin de ses lèvres.
Il venait d'avoir une idée.
Et qui savait que Sirius venait d'avoir une idée, savait que Sirius ne lâcherait en rien ce qu'il projetait de faire, jusqu'à l'avoir fait. Ahah.
Sirius, c'est mal de jouer avec les gens.
Mais il a BESOIN de savoir.
Ahah.

Il fit un pas vers Marlène, décidé à appliquer dès l'instant sa nouvelle... Théorie, décision, résolution, enfin, appeler celà comme vous voulez.
Mais... "Salut, Sirius !".
What ?
C'était un signe. Signe qu'il ne devait absolument pas savoir si Marlène McKinnon pourrait être "faite pour lui", en dehors d'être une amie.

Il tourna son regard clair vers la fille...tte qui le regardait.
Who is she ?
Il ne semblait cependant pas perdre contenance et lui adressa un grand sourire, celui qui lui avait vallu son surnom de Mister Sexy.


"Pour l'instant, je préfère rester avec mes amis, miss..." Miss qui ? Il observa la jeune fille, souriant toujours très légèrement. C'était mal, Sirius, mal, très mal. "... Mais qui sait, peut-être que je viendrais vous voir un petit instant..." Ce qui été faux, il le savait. Sirius ne bougeait jamais pour aller voir un groupe de filles, aussi jolies soient-elles. Mais bon, c'était aussi ça, qui faisait qu'on l'adulait autant : sa bogossité certaine, maitre d'un esprit quelque peu vil.
La blondinette resta sans rien dire quelques secondes, puis fit claquer sa bulle de chewing gum, sourire à l'appui.


"Super ! Compartiment 19, wagon 3 !" Et elle reprit sa marche, rejoignant un petit groupe de filles, toutes aussi petites qu'elles, a qui elle parla un instant, avant de se mettre à glousser de manière très... Gloussante. Puis de repartir, sans cependant oublier de regarder Sirius et de lui faire un clin d'oeil du genre "Nous deux, c'est pour bientôt". Bien sur.

Arès ce petit interlude, il reposa son regard et toute son attention sur Marlène et se rapprochant, l'air de rien, d'elle, pour poursuivre leur marche, poussa un léger soupir, souriant cependant, amusé.

"Reprenons : Ton amour de vacances t'a fait souffrir ? Tu sais, tu peux tout me dire, McKi'..."

Sourire insondable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Dim 27 Juil - 15:30

Pendant que Sirius et la jeune fille menaient un semblant de discussion, Marlene fit mine de regarder ailleurs, saluant d'un signe de tête - et d'un sourire - les quelques élèves qu'elle reconnaissait.
Mais en réalité, McKi' était plutôt amusée par la situation, sachant très bien qu'il mentait effrontément à cette fillette. Que voulez-vous, c'est Sirius Black...

"Pour l'instant, je préfère rester avec mes amis, miss..."

Ses amis. Alors c'était ce que Marlene était ? Une amie. Elle se surprit elle-même à être quelque peu vexée par l'usage du terme. Mais en même temps, que voulait-elle être à ses yeux, au juste ? Une petite-amie ? Voyons, McKinnon, c'est Sirius Black, enfin ! Rolling Eyes

Bref. Quand les deux eurent fini de parler, Marlene écouta attentivement la question de Sirius et lui rendit son sourire, beaucoup plus égayée que quelques secondes auparavant :


"Oh... De toute façon, il était moldu."


Phrase dite comme si c'était de toute évidence un prétexte suffisant pour rompre. Mais c'était, disons, un petit jeu entre Sirius et elle... Combien de fois Sir Black n'avait pas parlé de ses conquêtes à Marlene, et ayant trouvé pour seule excuse pour rompre le fait que sa proie ait été moldue ? Beaucoup de fois, si vous voulez savoir.

Elle sembla réfléchir un instant puis regarda Sirius d'un œil tout à fait différent. Comme si elle venait de comprendre une blague ou, comme si elle venait de réaliser le ton utilisé par Sirius pour lui poser cette question.


"Hé !" s'exclama-t-elle, faussement outrée. "Tu vois que je peux rien te dire !"

Elle leva un doigt et le pointa sur la bouche de Mister Sexy, montrant un sourire amusé toujours fièrement scotché sur ses lèvres.

"Ton sourire dit clairement que... tu te fous de moi !"

Il faut peut-être préciser que McKi' avait dit tout ça presque en pouffant de rire, mais elle... elle avait le droit. Niark. Twisted Evil

Elle essaya de feindre sur son visage une moue boudeuse, tandis qu'ils continuaient de marcher, s'approchant de plus en plus du train. S'approchant, aussi, d'une foule qui essayait tant bien que mal de rentrer dans la locomotive et à ce moment précis, Marlene se demanda s'ils allaient vraiment pouvoir trouver des places là-dedans. Mais voyons, c'est Sirius Black, Marlene... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 28 Juil - 0:38

Il était moldu ? A cette annonce, un franc sourire éclaira le visage de Sirius, alors qu'il avait déja complètement oublié la fillette qui lui avait précédemment parlé.
Il regarda plus longuement Marlène, et fit mine, avec son regard pâle, de lire à travers elle, plissant légèrement les yeux :


"C'est pas une excuse marlénienne, ça, si tu veux mon avis..." Ben oui, parce que, forcément, Marlène voulait son avis.
Tout le monde voulait son avis. N'est-ce pas ?
Bref.
Il la regardait avec un sérieux étrange, que son sourire, grandissant au fur et a mesure des secondes, contredisait. C'était son excuse, ça, le fait de rompre, et de ne plus être avec la personne parce qu'elle été moldue. C'était SON excuse, et sa lui permettait bien souvent de se sortir d'une quelconque situation embarassante, où, dans l'absolu, si il n'aurait pas voulu mentir, il aurait du avouer la vérité. Pléonasme. Enfin bref.
Alors que Marlène se rendait tout à coup compte que, peut-être, et je dis bien peut-être, Siri' se foutait un peu, et je dis bien un peu, d'elle, et alors qu'elle pointait sur lui un doigt accusateur, il leva deux mains devant son torse, en signe d'innocence.
Parce que oui, Sirius Black est évidemment innocent. Toujours.


"Faux. Je ne me fous pas du tout de toi, tu vois." Petit temps de pause où, tout en continuant leur avancée, bien que ralentie, vers le train, il se rapprochait encore un peu plus d'elle. "Mon sourire dit clairement que je veux tout savoir de ton été, McKinnon." Il tourna une nouvelle fois un regard lumineux vers elle. "Ou même tout savoir de ta vie." Sourire mystérieux et indéniablement charmant à l'appui.

Il ne pouvait pas prétendre deviner les réactions de Marlène aux suites de cette annonce. C'est pour celà qu'après l'avoir regardé de manière profonde l'espace de deux longues secondes, il s'approcha d'un wagon, augmentant le rythme de leur marche.
Avec maints saluts de la tête, et autres sourires séducteurs, il parvint, en un instant, à se glisser sur une des marches séparant le train du quai, ses valises déja posées derrière lui, dans la locomotive.
Oui, oui, c'était Sirius Black.


"Viens, McKi'..."

Il adorait appeler la brunette comme celà. Allez savoir...
Et tandis que plusieurs paires de yeux se tournaient vers la gryffondor, Sirius l'encouragea, peut-être inutilement, du regard a venir le rejoindre, lui tendant même une main bienfaitrice... Pour ses valises, ou pour elle-même, justement.
Il souriait toujours en regardant Marlène s'avancait.


"C'est Marlène McKinnon, n'est-ce pas ?"

Sirius détourna son regard pour le poser sur le serdaigle de cinquième, ou sixième année, qui venait de lui parler.

"Tout à fait..." A y regarder avec plus de soin, l'autre garçon observait Marlène avec des yeux un peu... Un peu trop gourmands selon Sirius. Et c'est pour celà que Mister Sexy, parfaitement maitre de tout, ajouta, l'air de rien :

"On est ensemble. Depuis bientôt 7 mois." Il ne regardait plus Marlène, ayant repris ses propres et précédents termes. Ah, il était bien obligé de jouer avec ça, va... "C'est devenu officiel cet été, c'est pour ça..." Se contenta t-il de répondre, avec nonchalence, au garçon où l'on pouvait très clairement lire dans son regard suspicieux qu'il ne se rappelait pas avoir vu McKi' et Sir Black ensemble à la fin de l'année passée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 28 Juil - 2:31

Une excuse marlénienne ? Mais il s'attendait à quoi, au juste ? Qu'était-ce qu'une excuse "marlénienne" ?
Eh bien, si vous voulez savoir... - oui, vous voulez savoir -, une excuse marlénienne était, par exemple :

« Ouais. J'ai rompu. Mais j'ai bien fait ! Franchement, ce mec ne faisait pas du tout attention à moi ! »

Ou encore :

« Il fallait absolument que je rompe avec lui ! C'était plus supportable, on n'avait aucun point commun. »

Ou bien même :

« Bien sûr qu'on n'est plus ensemble ! Je l'ai vu draguer Tatiana Sanders aux Trois Balais ! »

Sauf que là... Eh bien, les circonstances étaient différentes. Parce que ce n'était pas Marlene qui avait rompu, c'était Trevor. Et ça ne lui était jamais arrivé. C'était peut-être pour ça qu'elle avait été aussi chamboulée pendant trois semaines et qu'elle avait eu cette soudaine envie de pleurer à entendre Sirius remettre le sujet sur le tapis. Ben vouais, quoi, la fierté en avait pris un coup...

Bref. En essayant de ne plus y penser, Marlene écouta Sirius parler du fait qu'il ne se foutait pas d'elle, et blablabla - elle n'y croyait pas du tout - puis haussa les sourcils, plutôt surprise.


"Dis donc..."

Un sourire entre l'amusé et le mystérieux se dessina sur ses lèvres. Elle s'apprêtait à lui lancer une des petites répliques qu'elle aimait tant.


"Tu me dragues, là."

Phrase dite tout à fait comme une affirmation. Ben ouais, Marlene en était sûre, quoi. Enfin... Elle ne l'était pas, elle voulait juste que Sirius croie qu'elle l'était. Compris ?

Passons. Elle continuait de suivre notre Sir Black international, et fut on ne peut plus impressionnée - même si elle espérait un peu cette réaction de sa part - quand il réussit, à l'aide de quelques sourires par-ci par-là, à se faufiler dans la foule et à rentrer dans la locomotive, bientôt salué par un cinquième ou sixième année de Serdaigle.

"C'est Marlène McKinnon, n'est-ce pas ?"

Cette question égaya de façon considérable le coeur de Marlene. Comprenez, aucun garçon ne l'avait réellement complimentée depuis Trevor et la façon dont ce Serdaigle la regardait était... craquante. Et c'est parce qu'elle était craquante que Marlene craqua littéralement et rendit un sourire à ce jeune homme. Son sourire préféré. Le sourire entre le "je pense très bien qu'on pourra aller ensemble" et le "je suis timide, c'est à toi de faire le premier pas."
Ouais, Marlene pouvait séduire, même très subtilement. Cool

En revanche, son sourire s'effaça immédiatement quand ce menteur de Sirius Black - oui, parfaitement - recommença à mentir au sujet de leur relation. Quel profiteur !
Il fallait qu'elle s'en sorte. Il fallait qu'elle trouve un moyen d'oublier Trevor. Ouais !


"Enchantée ! Et toi... tu es ?"

Yeah. Elle avait trouvé. Même si Sirius était censé être son petit-ami - elle n'allait pas le contredire au risque de paraître folle -, elle pourrait toujours avoir ce gentil Serdaigle comme ami, et puis... Elle dirait qu'elle avait rompu avec Sirius, et... Qui vivra verra.
Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 28 Juil - 12:33

En fait, ce qui laissa Sirius interdit l'espace de quelques secondes, ce fut lorsque Marlène, arrivé sur les marches elle aussi, répondit au garçon. Apparement ravie que celui çi darde sur elle un regard de pervers-obsédé-sexuel-psychédélique. Ouais. Dans la logique des choses, elle devait être ravie que Sirius la présente comme sa petite amie devant tant de monde, et non pas ravie qu'un débile commence à la draguer sous le nez de Mister Sexy. Quoi ? Non, marche arrière. Ils n'étaient véritablement pas ensemble, alors, pourquoi, Sir Black, un tel sentiment de possesion, hein ? N'écoutant même pas la réponse du Serdaigle, qui s'appelait Victor Dullen, ni même la possible suite de conversation entre le dit Victor et Miss McKi', il s'adossa à l'entrée du train. Nullement conscient qu'il génait probablement l'accès au wagon à plusieurs élèves, puisque ceux çi ne protestaient pas (et le regardaient plutôt du genre comme çi il était un dieu sur terre. Ah oui, pardon, Siri' est un dieu sur terre Laughing ).
Il était donc silencieux, très silencieux, trop silencieux peut-être. Un peu comme si il venait de passer en... Mode boudage intensif. Comme si, hein. Sir Black n'était absolument pas boudeur. ... Bon, d'accord. Sir Black, dans son mutisme exaspérant, le regard fixe, droit devant lui, boudait, sans nul doute. Parce qu'on ne pouvait pas faire abstraction de lui comme ça, parce qu'on ne pouvait pas prétendre ne pas se réjouir du fait qu'il vous ai présenté comme sa petite amie bien que sa soit un mensonge, parce que... Tout ça, vous voyez ?
Il détestait McKinnon.
...
Non, ce n'était absolument pas logique. Elle aurait du avoir une autre réaction que celle là. Oui...

Tournant la tête vers Miss McKi' et son nouveau prétendant, il la regarda d'abord longuement, sans souffler mots. Puis un sourire légèrement carnassier se dessina sur son visage, tandis qu'il tournait ses traits parfaits vers le Victor en question. Qu'il commenca a regarder très, très longtemps, sans ciller. Evidemment, le Serdaigle remarqua bien vite le regard transperçant de Sirius, ainsi que son sourire qui ne présageait rien de bon. Conscient peut-être du fait qu'approcher ainsi la "petite amie" de Mister Sexy était dangereux. Très dangereux. Causant toujours à Marlène, il décida cependant de reculer, mais peut-être que le regard troublant de Mister Sexy lui avait fait oublier qu'il se tenait sur les marches de la locomotive. Peut-être. Une chose est sûre, ce fut que ce pas en arrire fut assez fatal, puisque le jeune Victor en perdit l'équilibre, et chuta. Par terre, sur les élèves qui attendaient pour pouvoir entrer, tout ça, tout ça.
A cette image, Sirius eut l'ombre d'un sourire satisfait ; imaginez, il avait simplement regardé l'élève en question, et n'avait même pas dégainé sa baguette. Ah, quel sorcier fabuleux il était...

Il se redressa, innocent, comme bien des fois auparavent. On ne pouvait pas dire que c'était de sa faute, il n'avait absolument rien fait de... Concret. Oui, oui, Sirius Black avait des tactiques tout a fait subtiles, lui aussi, en réaction à des choses qui ne lui plaisaient pas.


"Je vais nous trouver un compartiment." Lança t-il à Marlène, l'air de rien.

Si l'on connaissait avec exactitude Sirius Black, on pouvait aisément lire sur son visage un quelconque ressenti de fierté, quelque peu hautaine, et d'amusement non retenu.
Après un instant de silence avec son regard braqué sur la jolie brune, son sourire finit par s'agrandit, comme nourri par des pensées dont elle n'aurait jamais l'accès, et il lui fit un clin d'oeil, avant de s'engouffrer dans le wagon.
Surement allait-elle avoir une réaction, pas des plus joyeuses, si elle comprenait que, peut-être, étais-ce de la "faute" -bien que sa ne l'était pas concrètement- du beau brun si le pauvre Victor s'était reculé et...
Il se mit en marche, charmant et nonchalent, à la recherche du compartiment 11, celui où les Maraudeurs avaient élu leur quartier depuis maintenant 6 ans, ses valises, déja rangées magiquement par les services du Poudlard Express.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 28 Juil - 13:37

Marlene aimait bien blablater. Elle aimait bien tenir de longues discussions avec de parfaits inconnus, mais elle aimait encore plus le regard que Sirius portait à Victor Dullen en ce moment même.
Peut-être qu'elle en rajoutait un peu, mais ce regard... Ah, il la faisait se sentir importante. Parce qu'il arrivait chez la personne de Miss McKi' qu'elle se demande si elle comptait vraiment pour Sir Black ou si elle n'était qu'une copine de jeu - comprenez ça comme vous voudrez. Pis finalement, elle se sentit un peu coupable - un tout petit peu - de mettre Sirius de côté alors qu'elle était avec lui. C'était même, songea-t-elle, impoli.
Mais c'est qu'il avait de la conversation, le Victor ! Il en était déjà à lui parler de ses cousins - on ne sait trop comment il en était arrivé là - en lançant parfois à Marlene quelques regards plutôt... suggestifs.

Elle ne cessa de l'écouter, un sourire aux lèvres, soufflant des « Hum hum » d'approbation par-ci par-là.

Puis soudain. Cela lui vint. Sonnant comme une évidence. Elle se rendit compte que Victor Dullen était... ennuyant. Exactement. Elle venait à peine de le rencontrer et il ne lui avait pas laissé le temps d'en placer une. C'était la pire des approches, pour un gars qui veut draguer, si vous voulez mon avis.

Bref. Toujours est-il que, même après cette affreuse découverte, il n'en était pas moins facile de se débarrasser de l'individu. Et de toute façon, Marlene ne voulait pas se montrer impolie une seconde fois, et...

BOUM.
Son ex-futur-prétendant venait de glisser sur une des marches de la locomotive et s'étaler piteusement par terre, emmenant dans sa chute deux ou trois élèves au passage.
Marlene avait compris. Elle avait tout compris. Sirius était un fourbe. Voilà ce qu'il était. Mais il était tout aussi génial. Et c'est cette géniliassitude qui fit Marlene retenir un éclat de rire à la vue de Victor, essayant tant bien que mal de se relever. Non... Elle n'allait quand même pas se moquer de lui alors que le jeune homme avait réussi à lui remonter le moral rien qu'avec un petit regard. Non... Elle ne pouvait pas. Mais c'était déjà trop tard.
Essayant de cacher ses rires, elle tourna le dos à Victor - et à la foule autour de lui -, et regarda Sirius. Le regarda comment ? Eh bien... Un regard Marlenesque. Un regard qui voulait dire « Merci d'être là » et « Ne refais plus jamais ça » à la fois. Un regard.

Elle monta assez de marches pour être à sa hauteur, puis lui sourit de son petit air espiègle et ajouta, quand elle retrouva ses esprits :


"Je viens avec toi."

Elle n'était quand même pas venue pour qu'il la laisse devant le train et parte chercher de la marrade avec des garçons de son année - ou draguer une autre fille - ... Non, il voulait faire semblant de sortir avec Marlene ? Très bien, elle allait le prendre à son propre piège !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 28 Juil - 14:12

Un très léger rire. Qu'il connaissait, pour l'entendre depuis maintenant plusieurs années. Il arrêta sa marche et se retourna, constatant, avec un plaisir dissimulée, que Marlène n'était pas allé soigner le pauvre Serdaigle, mais l'avait suivi. Face au regard de la brunette, il resta stoïque un moment, son visage insondable n'exprimant rien. Puis, très lentement, un sourire amusé vint prendre place sur ses lèvres, tandis qu'il comprenait parfaitement ce que les yeux de Marlène exprimaient. Elle avait compris, tout compris, et ça ne pouvait pas plus l'enchanter. Après un long instant où il fixait Marlène, sans rien dire, il finit néanmoins par reprendre sa marche, Marlène avec lui.

"Compartiment 11, compartiment 11..." Murmura t-il pour lui même, regardant brièvement chaque numéros sans s'arrêter. Il voulait le compartiment 11. De cette voiture. Pas un autre, c'était compréhensible, non ? Ils passèrent devant un compartiment vide que Sirius ne prit même pas la peine de regarder : ce n'était pas le compartiment 11.
Enfin, après quelques nouveaux mètres, il s'arrêta, et se tourna vers Marlène.


"Voila !" Car effectivement, se tenait le compartiment 11, devant eux.
Regard brillant, il quitta la Gryffondor des yeux et ouvrit la porte, prêt à dégainer son sourire ultrabright pour avoir ce compartiment de libre. Au lieu de celà, il resta impassible, lorsque la porte ouverte laissa voir les élèves déja installés.
Cassidy Miller et ses fidèles amies.
Il était vrai qu'aucunes filles n'arrivaient à troubler réellement Mister Sexy. Mais Cassidy était LA fille par excellence, avec qui Sirius entretenait LA relation qu'il adorait. Il avait été bien clair qu'il n'y avait aucunes attaches entre eux. Aucunes discussions sérieuses, aucuns sentiments, aucune possessivité, aucune jalousie. C'était purement un jeu, un passe-temps, une relation physique, rien d'autre. Mais c'était aussi purement secret, et jamais ils ne s'étaient retrouvés l'un en face de l'autre en présence d'autres personnes.

Cassidy se leva. En septième année elle aussi, immensément charmante et intelligente, le Choixpeau avait hésité entre deux maisons. Pour l'envoyer au final chez Rowena, malgré la ruse et l'apparente froideur de la jeune femme, qui aurait aussi plu à Salazar.
Des cheveux aussi blonds que ceux de Marlène étaient brun, d'une taille aussi grande que Weather était petite, elle s'approcha de Sirius, un sourire mutin aux lèvres.


* Réagit, réagit. *

Il esquissa un sourire. Il ne devait pas avoir peur que Cassidy lui propose une quelconque officialisation. Ce n'était absolument pas possible, sa avait été clair depuis le début entre eux.
Il tourna un instant son visage vers Marlène, un sourire parfaitement naturel aux lèvres, dans le genre "t'inquiète on va l'avoir ce wagon", et regarda de nouveau la Serdaigle. Qui avait posé sa main contre son torse et le regardait avec une certaine eum... Envie. Un peu comme le précédent Serdaigle avait regardé Marlène, en fait.


"Hey... Salut les filles !"
"Je savais que tu viendrais ici, Siri'..."

Il eut un sourire désinvolte, tandis qu'il priait intérieurement Merlin que Cassidy n'allait pas dire la phrase qu'il...

"Je pense qu'on devrait tout expliquer aux gens, et arrêter de se voiler la face."

... Redoutait tant.
Pourtant, nombreux étaient les soupirants de Cassidy. Elle était un peu la version Serdaigle du trio de Gryffondor, composé de Lène', Alice et Lily. Mais... Non, il ne voulait absolument pas d'elle en tant que officielle. Oui, Sirius était fourbe, vraiment.

"Je voulais juste prendre le compartiment, en fait." Evincé de manière correcte le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 28 Juil - 16:20

Compartiment 11... Compartiment 11.

Marlene n'était pas une habituée de ce compartiment, mais elle était au courant de la petite « tradition » des Maraudeurs. Ils avaient leurs délires. Leurs habitudes. Ce qui fit Marlene penser qu'ils n'étaient pas du genre à aimer le changement. En tout cas, c'était les apparences. C'était même la première fois que McKi' mettait réellement les pieds dans ce compartiment - Lily refusant catégoriquement d'y entrer. Et c'est pourquoi elle se posait des tas de questions à son sujet. Dans le genre : que font les Maraudeurs pendant tout le trajet ? Sont-ils seuls ?
Ouais, des questions dans ce genre-là...

En tout cas, pour la deuxième, Marlene trouva bien vite la réponse. Le sourire qui tantôt habitait ses lèvres la quitta. Devant elle : Cassidy Miller. C'était une Serdaigle de son année. Mais une Serdaigle pas comme les autres... Marlene l'avait bien remarqué. Les deux jeunes femmes ne s'étaient jamais parlées - même pas un bonjour cordial dans les couloirs. Rien. C'était à peine si elles se regardaient.

Évidemment, dans la tête de Marlene, Cassidy ne la connaissait pas. Il valait donc mieux pour McKinnon qu'elle fasse semblant de ne pas la connaître non plus, au risque de paraître suspecte. Ben ouais, ça fait toujours plus classe d'entendre quelqu'un se présenter devant vous et feindre la surprise : « Oh, Cassidy... Enchantée. » comme qui dirait « Cassidy ? Jamais entendu parler. »
C'est teeellement mieux.
Bref. Malgré cette histoire-là, Marlene eut comme l'impression que Cassidy n'avait pas du tout l'intention de se présenter. Peut-être que Miss Miller se sentait trop importante pour ça. En parlant d'importance, tiens... Sirius n'en donnait plus beaucoup à Marlene, en ce moment.

"Je savais que tu viendrais ici, Siri'..."

Siri ? Neutral

Ils semblaient proches. Très proches. Tellement proches que Marlene se surprit à penser *Comment ça se fait que je ne les ai jamais vu ensemble ?* ; puis quelque chose retint son attention.

Elle ne l'avait pas encore vue. La main. Cette main sur le torse de son faux petit-ami ; cette main qui éveilla en Marlene une colère indescriptible. Elle se sentait rejetée, oui. Pas rejetée dans le sens « je voudrais aussi toucher Sirius » mais dans le sens... hors du jeu. Marlene se sentait hors du jeu. Voilà, c'était ça. Sirius et Marlene étaient censés jouer les amoureux transis et Cassidy Miller arrivait, grande, blonde et belle, pour tout casser. C'était le fait qu'elle ait gâché le jeu qui l'énervait. (En tout cas, c'est ce dont elle voulait se convaincre). Puis avant qu'elle ne puisse ajouter quelque chose, une réplique sanglante ou un « j'me casse, profitez de la lune de miel », la belle Serdaigle reprit la parole, sur un ton qui déplut à notre McKinnon :

"Je pense qu'on devrait tout expliquer aux gens, et arrêter de se voiler la face."

Tout expliquer aux gens. Arrêter de se voiler la face. Tout expliquer aux gens. Arrêter de se voiler la face. Tout expliquer aux gens. Arrêter de se voiler la face.

Ça résonnait en écho dans sa tête. Non pas que l'envie d'utiliser sur Cassidy des sortilèges impardonnables fut alléchante, non pas que la jalousie soufflait à ses oreilles, mais elle voulait savoir ce qui se passait.

C'en était presque vexant. Son sang bouillonnait, sa tempe battait furieusement. Pour peu, la respiration de Miss McKi' commencerait à se saccader, perdant son imperturbable régularité.

Elle rassembla tous ses efforts pour réfléchir le plus vite possible. Elle était furieuse parce que Cassidy avait gâché le petit jeu entre Marlene et Sirius, et il fallait qu'elle trouve un moyen de la remettre à sa place.
Mais elle savait que si c'était elle qui attaquait, Cassidy ne serait que très peu touchée. Il fallait... Oui, il fallait que Sirius la remette à sa place.

Marlene planta sur Mister Sexy un regard. Pas des moindres. Il devait comprendre. Il ne pouvait pas ne pas comprendre. Son regard Marlenesque disait clairement « C'est elle, ou moi. Vas-y, Sirius, dis-lui ce que tu as à dire. »
Et par "ce qu'il a à lui dire"... Marlene entendait, bien évidemment, qu'il devait rompre. Bah ouais, quoi. McKi' était rancunière, je vous le rappelle.

Et pis... S'il ne le faisait pas, Marlene le bouderait pendant looongteeemps. Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 28 Juil - 22:03

Certes. Sirius Black, à l'instant même, se sentait légèrement... Observé. De part les quatres amies de Cassidy, qui, le fixant d'un air comme éperdument amoureux, guettait avec attention ses paroles, de part Cassidy elle-même qui attendait qu'il dise quelque chose (mais que dire d'autre ? Il n'allait pas lui dire : écoute, Cassidy, il n'y aura jamais rien d'autre entre toi et moi qu'un peu de bon temps, sa ne te convient plus de se retrouver trois nuits par semaine ? Parce que je ne te donnerai pas plus), et de part Marlène qui... Son regard devenu maintenant un peu plus bleu, et un peu plus flou aussi, s'attarda plus longuement sur cette dernière. Elle semblait attendre quelque chose, et semblait aussi quelque peu énervé, vexé et...
Il venait d'avoir une idée.

Par des gestes mesurés, Mister Sexy se redressa tout d'abord. Puis il passa une de ses mains contre sa nuque, un geste qu'on lui connaissait comme habituel lorsqu'il réfléchissait.


"Bon, d'accord." Il regarda Cassidy, un certain sourire aux lèvres. Quoi ? Il... Lui cédait ? La blonde s'approcha un peu plus de lui et il ne bougea pas. La Serdaigle semblait ravie, bien qu'il n'ai encore rien dit, et ses quatres amies l'observaient avec envie. "Je vais dire la vérité." Révélation ?

Il se recula de Cassidy, qui lui lança un regard perplexe, et se déplaca légèrement pour se retrouver contre Marlène. Quitte à dire la vérité... Quitte à dire la vérité, mentir jusqu'au bout :


"Je sors avec Marlène." Regard interdit de la part de Cassidy. "Sa fait 7 mois. C'était aussi officieux qu'avec toi, au début..."

* Ca, sa ne se dit pas, Siri'... !!! *

"... Sauf que je suis amoureux d'elle. Vraiment."

l était certain qu'à la vitesse où leur mensonge (son mensonge à l'origine, mais bon, Marlène y avait consenti) se divulguait, bientôt, tout Poudlard serait au courant que McKinnon et Black étaient ensemble. Ce qui n'était pas plus mal. Sauf que c'était un mensonge, et qu'au fur et à mesure du temps, le mensonge devenait de plus en plus présent (puisque déja une grande moitié du Poudlard Express avait du entendre dire, après le petit interlude du quai, que Lène' et Siri' étaient ensemble).
Il y eut un silence dans le compartiment.
Il passa avec naturel son bras autour des épaules de Marlène, sa main reposant désinvoltement contre la clavicule de sa "petite amie". Regardant d'ailleurs la dit', et s'excusant brièvement d'un regard attendrissant de la situation dans laquelle il la mettait. Bien que, il ne s'excusait de celà que parce qu'elle était Marlène McKinnon, et qu'elle devait sans doute être la seule fille qui ne souhaitait pas vraiment que Sirius la considère comme sa petite amie.


"Amoureux ?" Ce fut Miss Miller qui rompit le silence, en le regardant, étrangement. "Je pense que tu mens, Sirius. Tu n'aurais pu tomber amoureux seulement de moi. Je suis la seule qui ai su que faire pour te garder, la seule qui te corresponde vraiment, et tu le sais."

Le beau brun analysa les paroles de la Serdaigle. C'est vrai, il aurait pu tomber amoureux d'elle, elle avait tout ce qu'il aimait. Ou presque, puisqu'en ce jour, elle demandait une certaine officialisation. Dommage. Enfin. Il aurait pu tomber amoureux de Cassidy Miller. Si seulement Sirius Black tombait amoureux de ses conquêtes, c'est sans dire.

"Elle m'apporte ce que tu ne m'as jamais apporté, la discution, la..."
"La discution ? Tu n'as jamais voulu qu'on parle !"
"Je..." * Tu es vraiment un salaud de première, Sirius Black, en fait. Un salaud de première qui se met toujours dans des situations extrémistes, et... On t'aime comme ça, c'est vrai, mais... Bref * "... Ne vois pas pourquoi je devrais me justifier. Voila, Cassidy, c'est fini. Il n'y aura plus rien entre nous."

Pim, pam, poum.
Dans un sanglot, la Serdaigle finit par le dépasser, ses amies à ses trousses, ne manquant pas de lui souffler un bref "tu n'as jamais compris que c'était difficile, voire impossible de ne pas tomber amoureuse de toi", et le compartiment fut vide.

Il y eut un nouvel instant de silence.

Certes.
Tout le monde savait que Sirius était comme ça. Tout le monde le savait, toutes les filles le savaient, et sa ne les empêchaient pas de revenir, inlassablement. Ce n'était plus de sa faute. Certes, les années précédentes, il en jouait, beaucoup, s'amusant avec les sentiments. Mais il ne le faisait plus... Plus vraiment, c'était... Beaucuop moins qu'avant, mais, évidemment, aux yeux de Marlène, sa ne devait pas faire de différence.
Sans doute partisane du MLF, elle devait à présent le détestait, souhaitant le banir de sa vie, alors que... Alors que ce n'était pas de sa faute si, même en mentant, en étant malsain, et arrogant, et cruel, et détestable, on l'aimait toujours. Il était innocent. Le pauvre Sirius...

Il finit par laisser retomber son bras, doucement, sans un bruit, de Marlène, et s'engouffra dans le compartiment.
N'ayant pas peur d'affronter le regard de la jolie brune, mais en se retournant avec précaution. Un peu comme si elle allait brandir sur lui un... Bazooka, ou un truc comme ça.


"Tu viens ?"

Sa voix ne démontrait aucune hésitation tandis qu'il s'adressait à la Gryffondor, mais son regard semblait moins amusé qu'auparavent. Bien qu'un léger, mais très léger sourire substituait sur ses lèvres, sans doute pour détendre l'atmosphère (encore falait-il que l'atmosphère soit tendue).

Personne ne sait où emmène les mensonges.
Marlène avait-elle vraiment encore envie de jouer à celà avec Sirius Black en personne, suite à ce petit... Episode étrange ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 28 Juil - 23:44

Alors que Marlene était debout, fixant toujours Sirius de la façon dont elle savait si bien le faire, attendant une réaction de sa part, quelque chose se passa. Quelque chose d'inhabituel. Il avait semblé que Sirius Black... oui, Sirius Black cédait à Cassidy Miller. Non, il cédait à quelqu'un, tout simplement.
Certes... Il avait cedé d'autres fois pour d'autres raisons - avec Potter notamment - mais avec la jeune Serdaigle, cela semblait tout comme... différent. Oui, il semblait qu'il avait cédé à la tentation avec elle. Et le regard de cette dernière disait clairement qu'ils y avaient cédé à maintes reprises. Arf. Bonjour les images morbides dans la tête, hein McKi'...

Bref. Elle quitta rapidement le regard de Sirius quand celui-ci commença à parler.

"Je vais dire la vérité."

Et la vérité, et ben... Cela peut paraître étrange mais Marlene l'appréhendait, quelque peu. D'accord, c'était elle qui voulait que Sirius rompe avec Cassidy - ou en tout cas qu'il mette fin à ses ardeurs -, mais elle voulait qu'il rompe en lui mentant, qu'il lui dise qu'il n'avait d'yeux que pour Marlene et...

"Je sors avec Marlène."

... Quoi ? Suspect

Elle posa sur lui un regard très légèrement sceptique. Mais avant qu'elle ne puisse faire de commentaire - même si elle ne savait réellement quoi lui dire - il poursuivit, disant que cela faisait sept mois (ils n'allaient pas changer les dates, n'est-ce pas) qu'ils étaient ensemble, et blablabla, et que... Pardon ? Aussi officieux qu'avec elle ?
McKi' réussit à se retenir de lui crier dessus, bel et bien outrée. Son visage demeura impassible, contemplant de nouveau le sol du compartiment.

*Comment est-ce qu'il a pu inventer un truc comme ça ? Mentir, c'est drôle, OK ! Mais je refuse de passer pour une de ses... une de ses... une de ses maîtresses !*

Et le terme n'était toujours pas le bon, m'enfin. Elle se mit à réfléchir à sa vengeance, elle voulait que Sirius souffre, qu'il...

"... Sauf que je suis amoureux d'elle. Vraiment."

*Qui avait parlé de vengeance, déjà ?*

Essayez de comprendre. Marlene ne pouvait pas s'empêcher de se sentir - une énième fois - importante. C'était peut-être des bobards atroces, mais elle s'aimait à imaginer que c'était pour de vrai, l'espace d'une seconde. Pas forcément pour Sirius, non, pour un garçon, en général. Qui pourrait résister, franchement, à un garçon qui disait à quelqu'un d'autre qu'il était amoureux, vraiment amoureux ? Personne, croyez-moi.
Et comme dit précédemment, Marlene était une fille. Une fille qui venait de se faire plaquer et une fille qui aimait bien qu'on la complimente. Elle adorait jouer à ce petit jeu du faux couple avec Sirius parce qu'elle se disait qu'être sa vraie copine pouvait s'avérer super, sans vraiment se l'avouer. Et de toute façon, elle savait que « petite amie officielle de Sirius Black » n'était pas un poste à prendre. Pas parce qu'il était déjà pris, non... Parce que Sirius ne recherchait pas, tout simplement.
Enfin, c'était ce dont Marlene était persuadée, en tout cas.
Mais il l'avait tellement impressionnée, en l'espace de quelques minutes que... Mouais, je vous laisse deviner la suite.

Une nouvelle fois, avant qu'elle ne puisse dire quoique ce soit, quelqu'un avait parlé à sa place, et là en revanche c'était Cassidy, qui semblait plutôt... mécontente.

"Je pense que tu mens, Sirius. Tu n'aurais pu tomber amoureux seulement de moi. Je suis la seule qui ai su que faire pour te garder, la seule qui te corresponde vraiment, et tu le sais."

Marlene écouta leur dialogue jusqu'à la fin, silencieuse, le visage neutre. Elle regardait Sirius. Elle regardait ses yeux. L'enfoiré... Il mentait même avec le regard.

Puis ce qui devait arriver, arriva. Il lui dit. Sirius avait - enfin - rompu avec Cassidy Miller. Et dire que Marlene était soulagée et satisfaite ne serait qu'un vulgaire euphémisme.

D'ailleurs, Miss McKi' avait bien du mal à cacher son engouement, à présent qu'il n'y avait plus personne pour gâcher le jeu - en même temps, à quoi bon mentir s'il n'y a personne pour vous croire ?
Un nouveau sourire amusé apparut sur ses lèvres, tandis qu'elle ne comprima pas même un petit éclat de rire.


"Oh, Sirius... "

Elle avança vers lui de quelques pas.

"T'es vraiment, vraiment, vraiment, le meilleur menteur de tous les temps."

Cette dernière réplique résonna comme si elle venait de lui dire : « Merci, merci, merci, Sirius ! Tu est trop gentil ! »
Donc, plutôt flatteuse, il faut l'avouer. Certes... Mentir, c'est mal. Mais quand c'est avec Sirius Black... C'est pas très grave.
Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Mar 29 Juil - 11:58

Il regardait Marlène avec un certain sceptisme, lorsqu'elle l'interpella d'un "oh, Sirius..." tout a fait étrange. Parce que, un "oh, Sirius..." comme celà, pouvait laisser présager, surtout de la part d'une jeune femme imprévisible comme la rouge et or :
"Oh, Sirius... Comme je t'aime !" ou même un : "Oh, Sirius... TU ES VRAIMENT L'ÊTRE LE PLUS IMMONDE DU MONDE, JE TE DETESTE, TOUT LE MONDE TE DETESTE, TU ES POURRI DE L'INTERIEUR !" ou encore un : "Oh, Sirius... On fait une partie de cartes explosives ?" ou quelque chose du genre, ou pas, d'ailleurs.
Bref.
Il ne la quitta pas des yeux une seule fraction de secondes, tandis qu'elle entrait elle aussi dans le compartiment, et l'écoutant, pour une fois réellement attentif, ne contrôla pas le large sourire qui se plaça sur son visage, aux dires de Miss McKi'.

Parce oui, pour Sirius, et ce n'était pas étonnant, être le meilleur menteur de tout les temps était un compliment. Un réel compliment, vous voyez. Surtout étant donné les circonstances et tout. Enfin. N'est pas Maraudeur qui veut...!

Se rendant tout à coup compte que Marlène s'était un peu approché de lui, il se rappela soudain son idée précédente. Hum... Sirius, es-tu vraiment obligé ?
Tout à fait.
Son sourire devenant brusquement plus... Taquin, il fit un pas, puis deux, en direction de la jolie Gryffondor, son regard pétillant ne lâchant pas une seule fois le visage de Marlène :


"Quel compliment, McKi'..." Un certain amusement se décelait dans son intonation. ".. Mais j'ai une idée."

Quewwa ? Lui faire part de son idée ? Non, n'allez pas aussi vite. Seuls les Maraudeurs, ses trois fidèles acolytes, allaient être au courant de la géniessitude de Sirius Black, en ce qui concerne Marlène McKinnon. Hummm...
Il franchit rapidement les quelques pas qui les séparait, et se pencha vers elle (différence de taille oblige), comme pour lui confier un secret. Il posa ses mains sur les deux épaules fines de la jeune femme, et avec son air de gamin heureux -qu'il abordait souvent, notament lorsqu'il était avec Potter (c'est à dire, en fait, assez très très beaucoup méga souvent)- finit par lui souffler :


"Deviens la meilleure menteuse de tous les temps." Son regard pétillait d'étincelles insonsables et malines. Oh, oui, elle pouvait très bien, à l'instant, se dégageait de son étreinte et de lui dire, aristocratiquement qu'elle était déja la meilleure menteuse de tous les temps, mais... : "Cap ?!"

Sa, c'était très, très, très mal. Terriblement tentant, surement, aussi. Mais très, très, très mal. Parce que accepter de jouer d'une manière ou d'une autre, avec Sirius Black, était comme faire un pacte avec le diable.
Bon, d'accord, peut-être pas autant. Mais...
Quand même.

Regardez, juste pour exemple... : Qui a été le premier à accepter de jouer avec Sirius Black ? Je vous laisse deviner... Oui, en plein dans le mile... : James Potter. Et vous connaissez James Potter, non ? Et bien voila. Laughing



[MOUHAHAHAHA !!! Twisted Evil
Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Mar 29 Juil - 23:31

Plus le temps passait, plus ils mentaient, et plus Marlene se disait que cette situation prenait un tournant vraiment... différent de ce qu'elle avait imaginé. Au départ, elle se disait que Sirius avait prétendu être son petit ami pour sauver Lily d'éventuels sermons. Point final. Mais ensuite, il avait encore joué ce rôle auprès du jeune Serdaigle... Il s'appelait comment, déjà ?
Et puis ça s'était reproduit, avec Cassidy.
Oui... vraiment, Marlene commençait à se demander où tout cela allait les mener. Cassidy et ses amies allaient sûrement en parler à d'autres, qui en parleraient à d'autres, qui...
Argh. McKi' n'avait pas songé à ce genre de conséquences. En fait, elle commençait seulement à y réfléchir quand Sirius s'approcha d'elle d'un pas, puis deux.

"Quel compliment, McKi'..."

Le sourire de la jeune femme s'élargit, pendant qu'elle retenait son regard.

"Mais j'ai une idée."

Marlene, plutôt surprise, ouvrit la bouche pour articuler quelque chose. Un « quoi ? » ou un « t'es sérieux ? »... quelque chose du genre. Elle en avait l'intention. Elle était curieuse. Mais... il a suffi d'un petit contact pour qu'elle mette de côté le reste. Oh... Ce n'était pas grand chose, ses mains sur ses épaules, mais...

"Deviens la meilleure menteuse de tous les temps."

À l'entente de cette phrase, Marlene revint un peu à la réalité, se posant des tas de questions sur le sous-entendu que les dires de Sirius pouvaient bien avoir - si seulement ils en avaient.
Petite liste de sous-entendus possibles dans « Meilleure menteuse de tous les temps » :

« Deviens la meilleure menteuse de tous les temps. Essaye de m'égaler. Tu verras que devenir amie avec Sirius Black peut être vraiment... très amusant. »
« Deviens la meilleure menteuse de tous les temps. Si j'en suis le meilleur, tu dois être la meilleure. Ma meilleure. Au même titre que si j'étais le prince du mensonge, tu devrais en être la princesse. »

Hum... Un peu farfelu, non ? C'est bien ce que Marlene pensait, tandis que peu de temps après, dans son oreille elle entendit :

"Cap ?!"

Oh, c'était le genre de mot qui donnait à Miss McKi' l'envie de faire plein de choses... C'était avec Lily et Alice - mais surtout Alice - qu'elle avait l'habitude de jouer à ça. Certes. Cela peut paraître vraiment puéril et sans intérêt mais quand il s'agit de baisser le pantalon de Rusard ou porter sa chemise à l'envers toute la journée, pour les deux amies, c'était vraiment drôle.

Bref. Malgré cette mystérieuse invitation - mais si, mais si -, Marlene pesa le pour et le contre. Cela peut paraître surprenant mais elle ne voulait pas prendre de risques. Elle avait déjà vu jusqu'où ça l'avait menée, rien qu'en quelques minutes, de prétendre sortir avec Sirius Black. Elle avait déjà pas mal de monde à dos. Quand ils avaient vraiment flirté, à la Saint-Valentin, Marlene avait bien senti les regards menaçants des autres filles. Et maintenant, elle savait que Cassidy allait se venger. Elle en était sûre.
Et il fallait ajouter aussi le fait qu'elle ignorait totalement le sens voulu de la phrase de Sir Black.
Elle ne voulait pas prendre de risque, non. Elle ne pouvait pas.
Raison pour laquelle, après avoir pris une petite inspiration, elle souffla :


"... Qu'est-ce que tu veux dire ?"

Ben ouais, quoi. S'il voulait que Marlene mente, il fallait qu'il lui dise pourquoi, comment, et les avantages qu'elle pourrait en tirer. Enfin... Peut-être pas tout ça, mais... Il fallait qu'il vende son produit. Qu'il... séduise le client.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Mer 30 Juil - 12:53

Marlène McKinnon était une Gryffondor, n'est-ce pas ? C'est pour celà, que, cette idée en tête, alors qu'il la fixait sans ciller un seul instant, il se disait qu'elle ne pouvait pas refuser. Tout d'abord, parce que la proposition émanait de Sirius Black. Puis, parce que qui dit Gryffondor, dit courage, dit donc, prise de risque. Même (ou surtout) si celà se passe avec Sirius Black. Et puis, en se référant à la personne qu'il connaissait le mieux (non, pas James Potter), ou peut-être, le moins, il se disait que cette personne ci ne pouvait pas refuser : regardez, si on lui avait proposer celà, de cette amnière, il aurait sauté sur l'occasion. Enfin. Rien d'étonnant, Sirius saisit toujours toutes les chances de... De quoi, au juste ? De vivre, pardi.
Bref.
Après un instant de silence, elle lui souffla enfin ce qu'il voulait dire par là. Ce qu'il voulait dire ? C'était si simple pour lui. Mais certainement pas pour les autres, vu l'état de complexité perpétuel de l'esprit de Mister Sexy.


"Et bien..." Commença t-il à lui souffler, toujours aussi proche d'elle, amusé mais légèrement sérieux, sa voix plus basse et légèrement plus grave qu'habituellement.
Rien dans son attitude démontrait qu'il cherchait les mots exacts, les mots justes pour... Séduire sa cliente. Parce qu'il falait trouver les bons mots, et pas lui donner une excuse rapide et nullement alléchante.


"... Tu vois, le meilleur des menteurs peut jouer, seul, mais..." Toujours en la regardant au fond des yeux, il rapprocha encore un peu plus son corps d'elle, et commenca à la faire reculer, très doucement. Peut-être ne s'en rendrait-elle pas compte. "... C'est lassant, à force, de ne vivre que part ses propres défis et..." Ce fut son visage qui se retrouva tout proche de celui de Marlène, bien qu'à une distance telle qu'ils ne se touchaient pas -encore-. "... Le roi du mensonge n'aurait-il pas droit à une reine, l'égalant et le défiant... Dangereusement ?" Un rythme parfaitement calculé, tandis qu'à ce dernier mot, la rouge et or se retrouva posée avec néanmoins une certaine douceur, contre la paroi du compartiment.
Comme un peu prisonnière du train... Et de Sirius Black. Hum... Une reine prisonnière du roi qui veut la délivrer ? Magnifique, magnifique...


"Et puis..." Dernier argument en préparation tandis que cette proximité entre eux deux ne le dérangeait aucunement, au contraire. Il ne faut pas oublier que Sirius Black était Sirius Black, et que si il était connu pour son passé de Don Juan, il appréciait néanmoins plus qu'énormément la gente féminine. Avec une préférence pour les jeunes femmes imprévisibles, jolie, charmante et de beau corps, à l'esprit vif mais légèrement mystérieux, et de Gryffondor... McKinnon ?! Chassant de son esprit toutes ses pensées intérieures qui lui demandaient pourquoi il voulait autant "jouer" à son nouveau jeu, avec McKinnon, et pas avec une autre (car aucunes autres filles ne lui avaient traversé l'esprit), il fit remonter une de ses mains contre le cou de Marlène, en d'infimes et agréables caresses : "... C'est terriblement tentant de faire ça, avec toi, Marlène McKinnon..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Mer 30 Juil - 14:32

Comme il arrivait souvent chez la personne de Marlene, quand elle sentait qu'elle ne contrôlait plus la situation, il fallait qu'elle pense à autre chose. Et comme à cet instant précis, un certain Sirius Black - amusé mais légèrement sérieux - s'avançait de plus en plus, se rapprochant considérablement de la brunette, sa conscience... la quitta quelques instants.
Lily. Où était Lily, hein ? Encore avec ses parents ? Elle n'était jamais là quand Marlene avait besoin d'elle. Ben oui, parce qu'elle avait vraiment besoin d'elle, maintenant. Pourquoi ? Parce que Sirius Black représentait ce qu'il y avait de plus agaçant au monde, pour Miss McKinnon. En plus d'être la fidèle incarnation de la tentation, il avait commencé à jouer à un autre genre de jeu avec elle. Hum... Certes. Cela pourrait s'avérer très amusant. Pendant un moment. Mais elle l'avait bien vu, Marlene. Elle avait vu comment il avait menti à Cassidy - même si elle avait l'air de bien l'apprécier - pour rompre. C'était un menteur. Le meilleur menteur de tous les temps, soit-dit en passant.

Il s'était encore rapproché d'elle. Alerte.
Instinctivement, Marlene recula. Elle n'avait pas eu le temps de penser à un autre moyen d'échapper aux griffes de Mister Sexy, et le regretta vivement quand elle sentit la paroi du compartiment dans son dos. Il l'avait piégée, le fourbe. Mais elle n'avait pas dit son dernier mot.


"..."

... En tout cas, pas encore.

"... C'est terriblement tentant de faire ça, avec toi, Marlène McKinnon..."

Elle n'avait pas pu s'en empêcher, non. Elle imagina. Elle imagina ce qui pourrait se passer si elle lui cédait, là, tout de suite. Ils s'embrasseraient sûrement. Et pis quoi ? Au bout d'un moment, Marlene voudrait un peu de reconnaissance. Elle voudrait compter un peu plus pour ce cher Sirius ; elle voulait tellement qu'on lui donne de l'importance - voyez, elle avait déjà le tempérament d'une princesse. Et Sirius Black aurait deux options. Soit il prenait le risque de devoir garder Marlene pour un bon bout de temps, soit il mettait fin à leur relation, comme il avait fait avec Cassidy.
Oh... Marlene avait peur. Elle avait très peur, de ce genre de choses.
Son visage, cependant, ne démontrait rien. Elle avait même un petit sourire aux lèvres, mais qui bientôt se mua en un amusement véritable.

Ça y est, elle s'apprêtait à dire son dernier mot.


"Hey..."

Sa voix était plutôt joviale, même rieuse.

"Je sais que tu rêves de moi toutes les nuits mais, calme tes ardeurs, Mister Sexy."

Ah... Mister Sexy. Ça faisait bien longtemps que Marlene ne l'avait plus appelé comme ça. C'était Alice, elle ne savait plus trop quand, qui avait affublé Sirius de ce surnom plutôt flatteur. Et c'était resté.
Bref. Tandis qu'elle ne quittait pas son regard, Marlene se dégagea du rouge et or en posant à plat ses mains sur sa clavicule, le poussant très légèrement.
Elle ne savait pas comment il allait le prendre, mais... Elle n'allait quand même pas céder à Sirius à cause d'un regard et d'un peu d'audace, si... ?
Non. Il lui en fallait un peu plus, même beaucoup plus, parce que Marlene était... Eh bien, Marlene était Marlene.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Mer 30 Juil - 21:50

Sirius, malgré TOUT ce que l'on pouvait dire de lui, était une personne véritablement attentive aux autres. Oui, vraiment. Certes, il était exact qu'il ne prêtait pas toujours attention à ce qu'il arrivait à deviner chez les autres, mais bon, c'était cas rare, quand même. Bref. Tout ça pour dire que, si il aurait lu dans le regard de Miss McKinnon des lueurs de peur, ou de colère intenable, il aurait sans doute cesser son petit jeu. Mais là, à vrai dire, de la manière dont le sourire de la jeune femme grandissait, il ne reculait pas. Vraiment pas. Attendant, d'une part, qu'elle lui réponde, et d'autre part, appréciant sans contexte cette proximité. Oui, Sirius était plus du genre actes que paroles, pour l'info.
Lorsqu'elle commença a formuler sa réponse, il n'était pas véritablement attentif. A ses paroles, bien sur, puisqu'il ressentit cependant très bien qu'elle le repoussait (même si, selon lui, les mouvements de la rouge et or n'étaient pas aussi convaincant que ça). Se laissant cependant faire, il se retrouva bientôt reculé d'elle, sans en paraitre déboussolé, ce même sourire taquin au coin des lèvres. Un sourire amusé, non pas à cause de l'utilisation de son fameux surnom (sa faisait combien de temps que les filles l'appelaient comme celà ? C'était partie de certaines filles de Gryffondor -il ne savait toujours pas qui- mais maintenant, c'était devenu un de ses pseudos officiels. Enfin, il appréciait, hein, James n'en avait même pas eu, lui Razz ), mais bien à cause de la situation. Il se disait, intérieurement, que si un jour, il se retrouvait face à un lui en féminin, sa ne pouvait être que l'extase. Intéressant.

Revenant sur les dires de la Gryffondor, il arrêta de la fixer, semblant regarder au-dessus d'elle -sans cependant regarder quelque chose de concret-. Puis, souriant toujours, il reposa sur elle son regard pâle et mystérieux et souffla :


"Mis à nu."

Parce qu'il rêvait de McKinnon toutes les nuits ? Il ne savait même pas, en fait. Sirius Black faisait partie de ces gens qui ne se rappelaient jamais de leurs rêves. De ses cauchemars, oui, il s'en rappelait toujours, parce qu'ils étaient toujours trop vivants. Mais de ses rêves...
Enfin. Il ne se considérait à l'instant pas comme "mis à nu", mais il falait bien qu'il dise quelque chose qui intriguerait la rouge et or. Ben oui, sa marcherait forcément, parce que, les phrases sous-entendus de Mister Sexy intriguent toujours. Toc.

Son sourire s'agrandit tandis que finalement, il détachait le dernier lien corporel qui le reliait à elle, en laissant ses mains retombaient le long de son corps, libérant les épaules de la jeune femme. La fixant toujours.


"Enfin." Léger silence, tandis qu'une lueur particulière, mais indéfinissable, commença à danser dans son regard. "Tu n'as pas répondu à ma question, mais bon..." Il se passa une main dans sa nuque, caressant du bout des doigts, imperceptiblement, ce qui avait été sa nouvelle lubie de l'été -c'est à dire, le tatouage qu'il s'était fait faire, de manière moldue, à la suite d'un N-ième pari avec Potti-Potta, et qui représentait, en beau clin d'oeil à son état illégal et secret, deux crocs de chien-. "C'est pas grave. ..." Cependant, dans son regard, les étincelles dansantes semblaient dire le contraire... Malgré les pétillements d'amusements rendant plus clair encore ses yeux -revolvers-.

La regardant encore quelques longues secondes -même ses yeux semblaient emplis de sous-entendus (à vous de deviner lesquels si ils étaient cependant vraiment présents)-, il finit par se détourner d'elle, s'avachissant avec nonchalence sur une des deux banquettes, en plein milieu.
Naturellement élégant et indifférent, comme il semblait l'être bien souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Jeu 31 Juil - 0:00

Mis à nu.
Ce faux aveu arracha à Marlene un léger éclat de rire, presque indécelable sous son sourire un peu mutin, tandis qu'elle voyait Sirius s'éloigner de plus en plus d'elle - ne quittant pas son regard pour autant - et lui disant des choses et d'autres comme, par exemple :

"Tu n'as pas répondu à ma question, mais bon..."

Elle évita son regard, trouvant tout à coup ses valises beaucoup plus intéressantes. Ses valises qui avaient flotté gaiement derrière elle depuis qu'ils avaient laissé Lily dans le quai, quelques minutes auparavant.
Elle leva la tête un instant, curieuse de savoir ce que le soudain silence de Mister Sexy voulait bien dire.
Et il voulait, en effet, dire quelque chose : Sirius s'était assis. Ou plutôt, il s'était avachi sur l'une des banquettes du compartiment. *Toujours aussi délicat.* songea Marlene, faisant ses valises se poser doucement sur le sol.

Elle se remémora les paroles précédentes de Sirius. Il voulait dire quoi, par « C'est pas grave » ? Hein ? Qu'il s'en fichait ou qu'il reviendrait sur ce sujet à un moment ou à un autre ?
Marlene ne le savait pas. En réalité, elle n'en avait même aucune idée.

Mais comme dit précédemment, quand elle commençait à perdre un peu le contrôle des choses, il fallait que Miss McKi' se trouve une autre occupation. C'est pourquoi, rabaissant son regard vers ses valises, elle se dit qu'il fallait peut-être qu'elle les range.
Elle se baissa légèrement, et en prit une des deux mains - priant Merlin pour que Sirius ne lui vienne pas en aide, non, hors de question qu'elle montre une faiblesse -, et la souleva.
Certes... Elle avait commencé par la plus lourde. Mais c'était tactique. En commençant par le plus léger - qui était quand même assez volumineux -, elle n'aurait plus assez de force pour porter le plus lourd. Compris ? Non ? Tant pis.

Lorsqu'elle finit de poser ladite valise dans l'espèce d'étagère prévue à cet effet, elle se tourna pour essayer de saisir le regard de Sirius. Mais elle n'ajouta rien, le contemplant quelque peu et se disant à quel point il pouvait être terriblement sexy, même affalé sur une simple banquette.

Elle se donna trois claques intérieures pour chasser certaines pensées de sa tête puis souleva sa deuxième et dernière valise, la posant juste à côté de la première.
Après cet effort lui vinrent toutes sortes de choses dans son esprit. Elle se demanda, tout d'abord, comment elle allait faire pour prendre sa robe de sorcière dans une de ses deux valises, alors qu'elle était déjà visiblement fatiguée et légèrement essoufflée. Puis elle se demanda, aussi, ce qui pourrait bien l'occuper pendant tout ce long trajet et si, finalement, Lily, Alice, et elle, allaient rester dans le compartiment des Maraudeurs.
Que de bonnes questions. Et une nouvelle fois, elle ignorait totalement les réponses.

Elle se décida toute de même à agir, en s'avançant vers Sirius et lui disant, d'une voix comme qui dirait... inquisitrice :


"Cette fille... Là..."

Et par "cette fille", elle entendait bien évidemment Cassidy. Mais elle n'était pas censée connaître son prénom, rappelez-vous. Et puis, Sirius ne pourrait pas jouer les innocents avec un simple « Quelle fille ? » parce qu'il risquerait très fortement d'entendre de la part de Marlene des adjectifs plutôt familiers pour décrire la jeune Serdaigle.

Bref. Elle gardait les sourcils légèrement froncés, même si elle essayait de garder un air le plus distingué possible :


"C'est qui, au juste ?"

Et en posant cette question, elle s'installa aux côtés de Sir Black - pas trop loin, pas trop près - et continua de garder son expression de la fille qui s'en fiche pas mal. Même si, vous le savez très bien, ce n'était pas du tout le cas. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Jeu 31 Juil - 0:52

Sachant très bien jouer le chaud et le froid d'un moment à un autre, Sir Black ne regardait donc plus Marlène. Plus du tout. Il ne regardait pas partout ailleurs, non, il regardait simplement à travers la vitre du train, immobile, les gens, bougeants. Evidemment, la curiosité aurait pu le pousser à lui jeter un coup d'oeil, alors qu'il semblait entendre qu'elle bougeait ses valises (l'ouie fine, vous savez...), mais non, niet. C'était comme si, finalement, il avait décidé de lui être totalement indifférent (faux) ou de bouder (vrai).
La bouderie et Mister Sexy... Certes, il ne boudait pas comme celà, d'habitude. Parce que avant, lorsque Sir Black avait décidé de bouder, comme le ferait un gamin immature et puéril (ah oui, j'avais oublié de vous en informer, Sirius Black est parfois un gamin immature et puéril. Oui, oui...), il VOULAIT qu'on le remarque en train de bouder. Et prenez donc, pour remplir au mieux son envie, un air de... Boudeur, justement. Là, à l'y regarder de plus près, on ne voyez en rien qu'il boudait.
Bon, okay. Il n'y avait plus aucun sourire sur son visage parfait, et son regard semblait comtempler les gens dehors, alors que jamais Sirius ne contemple les gens. Et puis, il était silencieux, ce qui était assez inhabituel, pas même un raclement de gorge, rien. Mais... Non, on n'aurait pas dit qu'il était en train de bouder. Peut-être parce que lui-même hésiter encore entre bouder, ou non. Certes... Son attitude pouvait être, aux yeux de nombreuses personnes, exaspérante : nonchalement avachi sur une banquette, sans perdre pour autant un millième de sa sexysiriattitude, il était indifférent, à tout, semblait-il. Mais bon, on ne peut pas lui en vouloir, hein...

Au silence dans le compartiment, Marlène semblait avoir fini son déménagement. Calmement, le beau brun finit par porté de nouveau son précieux intérêt sur la jeune femme, et posa son regard sur elle. Sans rien dire.
Cependant, un léger sourire étira ses lèvres. Simplement parce qu'il se disait, à l'instant même, que par pure fierté, Miss McKinnon s'était démonté les bras pour porter ses valises, afin de ne pas lui demander de l'aide. Alala, ces filles de Gryffondor...

Son sourire ne s'envolait pas, et devenait peut-être plus éclatant alors que Marlène s'approchait de lui, voulant apparement avoir quelques... Informations.
"Cette fille... Là..."
Bien évidemment, passa dans l'esprit de Sirius la très célèbre et énervante question "Qui ?!", mais il sut la garder pour lui, sachant évidemment de qui Marlène voulait parler. Tiens, pourquoi est-ce qu'elle s'intéressait tout à coup à Cassidy, hein ?
Alors qu'elle s'installait à ses côtés, sans cependant être assez proches pour qu'ils ne se frôlent, il tourna son visage vers elle, attendant la suite, avec impatience, c'était vrai.
"C'est qui, au juste ?"
Il arriva a retenir un grand sourire, tandis que son visage brusquement indéchiffrable (on n'aurait même pas su dire si son sourire était amusé ou non) resta muet un instant.


"Et bien..." Commença t-il.
Allait-il vraiment confier à Miss McKinnon qui était, ou qui avait été, pour lui, Cassidy Miller ?
Enfin. Non pas que celà aurait pu être étonnant, ou quoi que se soit de la sorte, hein, mais bon, quand même... Malgré tout ce que l'on pouvait dire, Sirius Black pouvait être quelque peu pudique sur le genre de relations qu'il pouvait avoir avec certaines personnes. Certes...


* hin hin *

Il se redressa légèrement, regardant plus intensément la rouge et or. La bouche légèrement entrouverte, comme si il hésitait à lui confier la véritable nature de sa relation avec Cassidy.

Car bon, dans l'absolu, pour lui, Cassidy n'était pas vraiment une de ses exs, non. Disons que...
Pour tout vous dire, Sirius Black et Cassidy Miller s'était parlé pour la première fois au milieu de leur cinquième année. Il ne savait plus vraiment comment, ah, si. Il venait juste de rompre, après trois jours d'ennui total, avec une des très bonnes amies de Cassidy. Et cette dernière était venu lui dire que son amie -Flory ou... Fleur ou Florale ou... Enfin, quelque chose du genre-, l'attendrait le soir même en haut de la tour d'astronomie pour qu'ils en discutent. Allez savoir, comme si Siri' souhaitait parler d'une N-ième rupture... Bref.
Toujours est-il que, le soir même, Sirius ne s'était pas décidé à aller en haut de la tour d'astronomie, et vaguant dans les couloirs juste avant l'heure du couvre-feu, était tombé, comme de par hazard, sur Cassidy. Il avait tout d'abord commencé à lui dire qu'il ne voulait pas forcément parler avec Flor...machin, et, il ne se rappelait plus exactement comment, il avait fini par se retrouver dans la salle de bain des préfets (la Serdaigle avait eu le mot de passe d'une de ses amie préfète) a l'embrasser fougueusement. Humm...
Elle lui avait dit tout ce qu'il voulait entendre (qu'elle ne souhaitait pas s'engager, aucune officialisation, aucuns sentiments, tout ça) et, c'était environ depuis cette période là que les deux jeunes gens se fréquentaient, quand ils avaient envie, en fait. C'était mal. La jeunesse est ivre d'interdit, hein. Bref. Très, très, très mal, ce qui ne fait qu'augmenter la vil'attitude de Mister Sexy. Mais bon, hein...


"..."

Il n'ajouta rien. Oh non, il n'éprouvait aucuns sentiments de honte. Mais bon, il n'en avait jamais véritablement parlé à quelqu'un. Bon, il avait réussi à le faire comprendre à Potti-Potta, mais de le dire de but en blanc...
Il regardait Marlène.
Dehors, une famille éclata bruyament de rire.
Et soudain, un sourire parfaitement charmant se dessina sur ses lèvres. Voyez t-elle venir ce qui allait venir ? Hum ?

Se mouvant avec agilité et rapidité, il se retrouva comme par magie (mouhaha --) au-dessus de la Gryffondor. Enfin, voyez-vous, Marlène était assise sur une des larges et confortables banquettes du Poudlard Express, et Sirius était à ses côtés. Il ne lui avait suffit qu'à se retourner pour lui faire face et à s'installer sur ses propres mollets (posés d'un côté et de l'autre des cuisses de McKinnon) pour se retrouver au-dessus d'elle. Enfin, vous voyez, non ? Bref.
Toujours est-il que, regard carnassier mais terriblement tentant, il la regarda longuement et rapprocha son visage du sien.
Jusqu'à n'être plus qu'à quelques millimètres de son visage.
Pour lui murmurer un bref :


"Tu le sauras... Si tu réponds à ma question..."

Certes. Elle pouvait toujours le projeter vers l'arrière, pour qu'il se ramasse -durement- sur le sol.
Mais elle ne le ferait pas.
Tout d'abord, parce qu'elle n'y parviendrait sans doute pas alors que Mister Sexy avait placé ses doigts entre le dossier de la banquette et la paroi du wagon pour se tenir (malgré la largeur des banquettes qui lui assurait un certain équilibre), et ensuite, parce qu'il frôla de sa bouche, la joue, puis la commisure des lèvres de Marlène.
_Se faisant tout à coup une expression du Sirius qui n'a pas fait exprès DU TOUT. Même si, vous le savez très bien, ce n'était pas le cas. _ Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Liliann Evans
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1555
Age : 26
Humeur : Cupido sucks.
Citation du moment : Then, I'll go back and we'll pump it up.
Date d'inscription : 16/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Né-moldu
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Jeu 31 Juil - 4:14

[ Aux éventuels lecteurs/lectrices aléatoires de ce sujet qui seraient pris d'une envie monstrueuse de faire de Lily Evans une bouillie liquide que même Vanish Plus ne saurait enlever du sol, je tiens à préciser que ladite Evans a été lamentablement suppliée pour venir tout casser et qu'elle ne répond aucunement de ce que son interruption inopportune pourrait causer dans le futur des deux jeunes gens ici présents. *respire profondément* Bien, passons à ce qui est important. ]

Sincèrement, il semblait qu'aujourd'hui, le monde avait décidé d'interposer de nouveaux obstacles dans la vie de Lily. Autrement dit, avant même d'être entrée dans le Poudlard Express, elle se disait déjà que l'année n'était pas près de se finir aussi vite.

Parce que, entre oublier où se trouve la barrière de 9 3/4 alors qu'elle est bien sous votre nez, présenter n'importe qui à des parents qui ne se gênent pas pour vous faire mourir de honte et faire des rencontres - hem hem - relativement désagréables, on ne pouvait pas dire que l'année commencée depuis moins d'une heure - que dis-je, elle n'est même pas commencée ! - s'avérait facile. Lily pensait d'ailleurs sérieusement à s'inscrire à un cours de yoga par correspondance dès qu'elle serait arrivée à Poudlard.

La méditation apaise l'esprit. Moui. Génial. Sauf que, réflexion faite, ça risquait pas de marcher pour Lily qui était le genre de fille à, dès qu'elle s'assoit sur un siège de train ou de n'importe quel autre moyen de transport, questionner au bout de douze secondes chrono : "J'en ai marre. Quand est-ce qu'on arrive ?".

Enfin, ça n'a pas d'importance, là, tout de suite. Ce qui importait, c'était de se dire qu'elle avait enfin réussi à se détacher de ses parents.
Merlin, c'est bon, après la septième fois, et maintenant qu'elle était légalement majeure - du moins, côté sorcier -, elle pensait que sa mère aurait pu, par exemple, juste lui faire un sourire encourageant dans le genre "Je suis fière de toi ma Lily, tu es arrivée jusqu'ici et tu es devenue une jeune femme exceptionnelle. Maintenant, vas-y et fais tout péter !" Au lieu de quoi, elle faisait une petite scène pseudo dramatique, plutôt dans ce ton-là : "Naaaaaaaan, je veux pas te quitter, ma petite fiiiiille ! Que fera-t-elle sans moi, Edward, dans cette période aussi importante de sa viiiiie ?" Eh oh, les hiboux, ça existe. En plus, au lieu de la rassurer ou autre possibilité dans la sauce, ça avait plus démoralisé Lily qu'autre chose.
Quant à son père, il jouait plus le rôle d'un garde du corps au début, en regardant de tous les côtés, prêt à faire un super méga ultra blast coup de karaté-kung fu mortel au premier gars qui viendrait (re)parler à Lily. Ensuite, à l'heure de dire au revoir, deux cents mille recommandations sur la drogue et les hommes, comme si Lily était une fille inoffensive qui ne savait pas se défendre toute seule. Le pire c'est qu'elle savait que ces recommandations, Edward Evans ne se gênerait pas pour les lui rappeler tous les dix jours avec des missives extrêmement longues sur le sujet. Elle le savait. Il le faisait tous les ans, depuis sa première année.

Maintenant qu'elle pouvait respirer un peu plus, que les parents et les rencontres désagréables étaient loin derrière (enfin... pour l'instant) et que le train allait s'ébranler et se mettre en route d'une minute à l'autre, notre Evans préférée traînait ses bagages sur le sol du couloir du Poudlard Express, cherchant la cabine où Marlene et Alice avaient bien pu se fourrer. Elles n'étaient nulle part. Etrange, étrange, me direz-vous. Etrange, pensait de même Lily. Après tout, tout ce qu'elle voulait, là, c'était trouver ses amies, s'avachir sur un siège pendant quelques minutes, leur raconter la nouvelle exceptionnelle qui lui avait vraiment fait plaisir, et ensuite ressortir, un peu plus revigorée. Pourquoi ressortir ? Mais à cause de cette nouvelle exceptionnelle, justement, pardi ! Miss Evans était préfète-en-chef. Oui, préfète-en-chef, parfaitement ! Elle avait bénéficié d'une promotion ! Elle en était tellement fière, tellement... waaah. Un rêve qui se réalise, quoi.

Mais pour annoncer la nouvelle exceptionnelle aux amies, il faut d'abord, donc, comme je l'ai dit, retrouver ces amies. Lily n'était pas tout à fait d'humeur à chercher, une fois que ses recherches en matière de barrière 9 3/4 avaient été infructueuses et qu'elle avait dû attendre Marlene pour trouver. Mais voilà. Elle se voyait dans le cas où "une de retrouvée (la barrière), deux de perdues (les amies)". Même trois si on comptait Black qui, dans la foulée, avait disparu avec Marlene, clairement heureux de célébrer ses "sept mois de relation amoureuse" avec la brunette.

En fait, Lily chercha dans pratiquement toutes les cabines du Poudlard Express. Oui, pratiquement toutes. Et elle n'y trouva aucunement ses amies, en espionnant par la petite vitre de la porte. Damnation. Où ces deux sorcières-en-crise avaient-elles bien pu se planquer ? Il fallait croire qu'elles avaient décidé de se rendre aux toilettes au moment exact où leur rousse d'amie était passée devant leur cabine. Mais, fichtre, quoi. Elles pourraient, je ne sais pas, lui envoyer un signe, voire un hibou. Elle avait cherché partout, et pour rien !

Enfin, partout... attendez. Ok, il y avait bien un endroit qu'elle avait évité, dans le but de ne pas rencontrer un certain individu déplaisant dont le nom qui commence par "P" et se finit par "otter" ne sera définitivement pas cité (banni du dicco des noms propres à jamais. Et peu probable qu'il se soit réfugié dans celui des noms communs). Il s'agissait bien sûr du compartiment fétiche des Maraudeurs - franchement, n'importe quoi. Un compartiment réservé à leur petite personne, et puis quoi encore ? Mentalement, Lily se dit que sa première action en tant que préfète-en-chef serait de leur interdire de se réserver un compartiment. Ah, mince, y a un énorme bémol : c'est l'ultime année des Maraudeurs, et celle de Lily aussi d'ailleurs. Bon. Alors aucune chance que cette première décision politique ait une utilité apparente. A croire que Lily venait de subir son premier échec en tant que préfète-en-chef - inutile de préciser que ça, c'était la faute à Potter et à ses wagons réservés à la noix.

Bref. Compartiment 11, et d'un wagon tout à fait précis. Tout en revenant sur ses pas pour scruter les cabines et éventuellement retourner au compartiment eleven, Lils se répétait et rerépétait mentalement que, voyons, il n'y avait aucune raison pour que Marlene et Alice soient dans le compartiment 11. Elles savaient très bien que ça ne marcherait pas, si Lily se retrouvait en présence de Potti Potta le mal-aimé. Et elles auraient le tact, non, au moins l'instinct de survie de trouver une autre cabine. Peut-être qu'elle serait moins confortable, peut-être qu'on y serait serrés comme des sardines, mais au moins, une cabine sans Potter. Et c'est très compréhensible, ça, comme vœu de début d'année.

En tout cas, Lily y pensait avec résolution, se disant que finalement, elle était ridicule de chercher le compartiment eleven et qu'elle ferait mieux de continuer à chercher dans les autres com.par.ti.ments.

Oh, non. Elle se trouvait précisément devant le compartiment 11, là, tout de suite. Oui, c'était ridicule de penser à jeter un regard à l'intérieur, surtout que, si Potter y était, elle risquait de se faire repérer par l'être abominable supra-cité. Mais Lily est curieuse, et il y a aussi le fait que sa patience était mise à rude épreuve depuis qu'elle avait commencé à chercher, chercher, chercher. Juste un coup d'œil ne ferait pas de mal. Au moins, elle serait fixée, et ça ne lui triturerait plus le cerveau. Et puis, si jamais l'aberration se révélait être présente, elle avait toujours son efficace sortilège de Chauve-Furie pour l'aider à s'en débarrasser.

Ainsi, la téméraire Evans jeta un regard par la vitre de la porte du compartiment. Et là, comble de surprise, de joie et de frustration évidente, Marlene était dans la cabine.

Il a suffit que le cerveau de Lily processe cela, que Marlene était là, pour qu'il lui commande d'entrer à l'immédiat, en joyeuse luronne qu'elle était, pour se jeter dans les bras de sa meilleure amie et en de très émouvants hurlements, la réprimander de ne pas l'avoir attendue, ou un truc du genre. A vrai dire, elle n'avait pas eu le temps de voir qu'un autre être vivant était présent dans le compartiment presque vide, à savoir, un charmant garçon qu'il ne fait pas bon ignorer. Oui, oui. Je veux bien me référer à Sirius Patmol Black, premier du nom, tombeur professionnel, et petit-ami-pour-de-faux de Marlene McKi' (depuis 7 mois).

Si elle l'avait vu, je ne crois pas qu'elle serait entrée. Elle serait plutôt restée à espionner par la vitre cette discussion sans aucun doute exceptionnellement intéressante. Mais elle ne l'avait pas vu, car, au moment où elle avait eu l'extrême obligeance de jeter un coup d'œil dans la cabine, il n'était pas encore... hum... sur Marlene. Il était à côté, et Lily n'avait pas cherché à scruter plus loin une fois qu'elle avait vu son amie.

Mais, une fois qu'elle fut entrée, ayant ouvert rapidement la porte sans pour autant être cause d'un bruit assourdissant, Miss Evans, qui allait saluer gaiement sa meilleure amie d'un "Ma fiiiiille, qu'eeest-ce que tu fais là ?" stoppa net dans un sourire un peu - que dis-je - totalement crispé, et même tremblotant. Ses lèvres semblaient atteintes de convulsions post-crispage. De toute façon, il ne fallut que quelques secondes pour que son expression choquée se transforme en encore plus choquée, pour ressembler plus à ça : shock

Là. Devant ses yeux, ses yeux vert-alien, ses petits yeux d'émeraude innocents et son esprit totalement vierge et pur - arrêtez de rire, par Merlin ! -, Sirius Black, qu'elle venait de remarquer - il était temps, hein, parce que ne pas remarquer Sirius Black revient à avoir de quoi se remettre en cause entièrement ou se demander si passer un examen chez l'ophtalmo n'est pas une bonne chose à faire - faisait... qu'est-ce qu'il faisait, au juste ? Il faisait - des - bêtises - avec - Marlene McKinnon !

Autant vous dire que le menton de Lily Evans est tombé jusqu'à très près du sol. Et que ses yeux se sont ouverts grand comme ça - Shocked - pour mieux visualiser la scène.

Merlinmerlinmerlin. Black, sans remarquer la rousse - hey, qui a dit que Black n'a pas lui aussi besoin d'un ophtalmo, hum ? Suspect - s'était mis sur Marlene et lui murmurait des trucs, et il l'embrassait un peu partout, et il...

Hiiiiii.

Ne sachant pas ce qu'elle devait faire, vu qu'ils ne l'avaient pas remarquée apparemment, Lily resta immobile, avec une tête de "ow. Merlin. C'est une blague, ça ne peut être QU'UNE BLAGUE", attendant sagement qu'on se rende compte de son illustre présence. Elle aurait très bien pu leur claquer la porte au nez, ni vu ni connu, et courir, courir jusqu'à ce que ses pieds ne la supportent plus et que ses jambes se dérobent sous son poids, pleurant toutes les larmes de son corps jusqu'à ce qu'un beau chevalier errant vienne l'aborder en lui demandant la cause de son malheur - d'accord, peut-être un peu trop cinématographique. En tout cas, Lily - et c'est là que vous attrapez la crise cardiaque - n'eut pas la présence d'esprit de faire un truc pareil. A vrai dire, elle s'en foutait complètement. Non, en fait, mais oui, enfin, c'est compliqué.

De toute façon, qu'aurait-elle pu faire d'autre, hein ? Rougir comme une pauvre fille condamnée à se dévêtir devant une cours d'assises ? Trop gênant. Toussoter pour les faire remarquer sa présence ? Trop agaçant. S'emparer de sa propre valise - hyper lourde - et la lancer sur Black en un assaut de folie folle-furieuse ? Trop encombrant. Attraper Sirius par le dos de la chemise et le tirer violemment en arrière pour qu'il décolle de SA Lenny ? Trop possessif. Danser le Tchatchatcha sur un air de "La cucaracha" ? Pas sûre d'en être capable. Raconter des blagues ? Ils avaient assez l'air de se marrer comme ça. S'évanouir ? Assez inutile. Chanter une chanson des Beatles ? Elle ne savait même pas si Sirius connaissait les Beatles.

Quoi, alors, QUOI ? Vous voyez ? VOUS VOYEZ ? Il n'y avait rien, absolument rien d'autre à faire.

En fait, elle voulait juste hurler une réplique cinglante, dans le genre "MAIS C'EST QUOI CE BINS ?", mais ça aussi, elle en était incapable. Le choc était trop présent dans ce pauvre cœur qui se meurt au combat. Parle-moi de tes rêves, ...

Chers condisciples, je crois que vous avez traumatisé Lily Evans à vie.

_________________



~ Présidente Suprême de la ligue Anti-Potter :.

x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marauderstimysh.positifforum.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Jeu 31 Juil - 23:45

Oh... Certes. Là, il pourrait y avoir tout un speech sur le tempérament de Marlene, et combien elle savait faire preuve de self-control, sauf que... Eh bien, sauf que, ce genre de choses vous êtes déjà censés les savoir. Non ? Si.

Reprenons où nous en étions. Marlene avait donc laissé Lily à la gare pour repartir avec Sirius... Comment ça, vous êtes déjà au courant ? Bon, passons.
Les deux rouge et or s'étaient, en l'espace de quelques minutes, comment dire... rapprochés. Et là, vous pouvez très bien ajouter « Comme souvent, lorsqu'ils sont seuls dans une pièce ! » Certes, certes... Mais Marlene a un bon argument pour sa défense : c'est Sirius qui a pris toutes les initiatives.
Alors oui, elle aurait très bien pu le stopper dans ses gestes avec une réplique bien trouvée, m'enfin... Peut-être qu'elle n'en avait pas trop envie. Pourquoi ? Eh bien, parce que Sirius Black était canon. Voilà pourquoi. Et même si elle ne voulait pas de relation à long terme, sur le moment, là... Elle avait envie de s'amuser.

C'est pourquoi la bouche de Marlene s'étira en un grand sourire - sourire amusé, pour l'occasion - et le rouge lui monta légèrement aux joues, comme souvent lorsqu'un garçon se tenait aussi proche d'elle, lorsque Sirius... continua de prendre des initiatives.
Il avait dû lui dire des choses et d'autres, comme par exemple :

"Tu le sauras... Si tu réponds à ma question..."

Mais vous savez quoi ? Marlene n'en avait même pas entendu la moitié, trop occupée à fixer Sirius d'un regard gourmand.
Hum... Il est vrai que la situation peut paraître confuse, sachant que peu de temps auparavant, Miss McKi' avait littéralement mis fin aux ardeurs de Mister Sexy avec, comme justification, le fait qu'elle savait très bien qu'il rêvait d'elle toutes les nuits mais qu'il fallait qu'il s'arrête. Pourquoi ? Parce que c'était Marlene McKinnon, enfin ! Elle n'était pas le genre de fille, ouverte à toutes propositions, qui ne savait rien refuser à Sirius Black. Non... Marlene était complexe et... oui, on peut le rajouter aussi : agaçante.

Voici le vrai pourquoi du comment de son soudain changement d'avis : elle avait un plan. En réalité, Marlene en avait même plusieurs, qu'elle avait l'intention de mettre en œuvre plus tard dans l'année. Ça fait peur, hein ? Twisted Evil Elle voulait d'abord se laisser faire un peu - parce que la sensation n'était pas désagréable non plus -, juste assez pour qu'elle puisse l'arrêter, et pas suffisamment pour que Sirius puisse dire qu'elle y avait pris un plaisir fou. Oui... Tout était question de calcul. Parce que oui, Marlene était forte en calcul.
Bref. Elle s'apprêtait à mettre son plan machiavélique à l'œuvre quand, à sa plus grande surprise - même si elle l'avait peut-être lu dans le regard de ce cher Sir Black - il frôla de sa bouche, la joue, puis la commissure des lèvres de Marlene. Oh... Tout ça était vraiment trop bon. Courage, McKinnon. Sirius ne va quand même pas te faire céder, hein ? Allez !

Et histoire de se donner du courage - le temps commençait à passer et le plan du calcul parfait risquait de tomber à l'eau -, Marlene tourna son regard vers autre chose que le visage de Sirius, comme évitant à tout prix de subir encore ses supplices.
Ce fut à ce moment-là qu'elle les croisa. Qui ? Non, pas les Trois Mousquetaires. Les yeux vert alien de Lily Evans.
Alors... Au début, il faut savoir que Marlene n'y crut pas du tout, hein. Parce que même si elle savait que Lily avait le chic pour ne jamais être là quand on avait besoin d'elle - clin d'oeil à la situation précédente impliquant une Marlene prisonnière d'un mur et de Sirius Black -, elle ignorait que la rouquine avait aussi un don pour gâcher les plans Marléniens et empêcher par la même occasion la jeune femme de montrer sa supériorité face à Sirius Black.
Oh... Combien Marlene aurait voulu revenir en arrière. Même si elle ne croyait toujours pas avoir sa meilleure amie, plantée à l'entrée du compartiment, elle ne savait pas quoi faire. Par rapport à Lily, certes, mais par rapport à Sirius, aussi. Le temps avait passé. Maintenant, elle ne pouvait plus lui dire : « HAHA ! Tu vois, tu me désires, Black. Mais ce n'est pas réciproque, non, je suis bien au-dessus de tout ça ! » parce qu'elle était restée trop longtemps sans rien faire pour que ce soit vrai. Pff...

Brèphe. Comme dit précédemment, Marlene avait vraiment du mal à réaliser que c'était Dame Rousseur, debout devant la porte du compartiment 11, avec une expression portant à l'hilarité - mais que la situation en empêchait - qui était là, devant elle. Après tout, il y avait tout plein de trucs, qui ressemblaient à Lily Evans. Un porte-manteaux, par exemple. Hein ? Comment ça, c'est vexant ? Alors un mannequin. Oui, la question à présent serait : « Que fait un mannequin devant la porte du compartiment n°11 ? » Mais on pourrait aussi se dire : « Que fait LILY EVANS devant la porte du compartiment n°11 ? »
...Ah, c'est vrai. Elle doit aussi prendre le Poudlard Express. Et puis, ce n'était pas Marlene, qui implorait sa venue, quelques minutes auparavant ? Si. Il faut savoir prendre sur soi, au bout d'un moment.
Et c'est ce que Miss McKinnon essaya de faire... en cherchant un nouveau plan. Parfaitement. Elle devait s'en sortir sans passer pour une imbécile. Pas facile, comme tâche. Mais elle devait bien y arriver, c'était Marlene McKinnon, non ? Exactement.
Plusieurs options lui passèrent par la tête, certaines loufoques et inutiles, d'autres plutôt intéressantes mais mettant toujours en scène les mêmes objets : un couteau, des mouchoirs et un masque. Alors Marlene les écarta bien rapidement.
Et elle réfléchissait. Et le temps passait, même s'il n'en avait pas l'air - parce que Lily n'avait pas bougé d'un pouce et parce que Sirius ne semblait nullement sur le point de s'arrêter.

Tilt. Oui, tilt.
Marlene avait trouvé, c'était le plan parfait. Elle allait se venger de Sirius sans décevoir Lily. Et elle n'aurait pas l'air d'une imbécile.

L'espace d'une fraction de seconde, Marlene retint le regard de Sirius, lui disant tout un tas de choses, son sourire ne la quittant toujours pas, puis elle plaqua la main sur le - beau, très beau - visage de Mister Sexy.
Elle avait pris soin, une seconde avant, de peindre sur son visage la moue la plus victimisée qui soit, la plus innocente, la plus candide, la plus...


"Aïe ! Lâche-moiiii !" aboya-t-elle, sa voix soudainement plus aiguë résonnant dans tout le compartiment, peut-être même plus loin encore.

Elle fit celle qui se débattait de toutes ses forces, frappant Sirius de petits coups de poings tout à fait inoffensifs.


"Gros pervers !" poursuivit-elle. "Mais lâche-moi, enfin !"

Oh... Je sais ce que vous pensez. Marlene était perfide. Peut-être bien qu'elle l'était. Et se débattant toujours superficiellement, elle commença à se poser des tas de questions. Et si Lily découvrait qu'elle faisait semblant ? Et si Sirius lui en voulait ? Et si, en le poussant, elle le faisait tomber ? Et si...

Outch. Finalement, tout n'était pas aussi bien calculé que ça. Et Marlene n'était peut-être pas aussi bonne en calcul qu'elle ne le croyait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Ven 1 Aoû - 0:17

C'était lui, ou McKinnon ne le repoussait aucunement ? Certes. Là, techniquement, elle ne le repoussait vraiment pas. Alors, certes, il avait cru présentir, lorsqu'il l'avait rencontré à la gare avant même qu'ils ne se fassent passer pour un faux couple, que Marlène avait changé, mais... De là à ne pas le repousser alors qu'il commencait à devenir un peu plus entreprenant, c'était... Bizarre.
Enfin, Marlène n'était pas non plus le genre de sainte nitouche qui était... Sainte Nitouche, hein, il en mettait sa main à coupée, mais bon, quand même. Habituellement, elle laurait repoussé. Au moins, au bout d'un moment. Ou du moins, génée par la fougue de Mister Sexy (bien qu'il ne soit pas passer au plan B qui était "la rendre dépendante physiquement de moi"), elle aurait du cherchait à éviter son regard. Ou alors, tout le contraire, elle aurait normalement du, proximité des deux corps oblige (n'oublions pas que c'est Sirius Black et pas... Quelqu'un d'autre), s'attaquait à lui comme une lionne affamée. Hum, jolie métaphore.
Bref.
Tout ça pour dire que malgré le sourire ravageur qui était schtoché à ses lèvres, Sirius se demandait vraiment ce qui se passait dans la tête de la rouge et or pour qu'elle ne le repousse pas/ne se mette pas à hurler au viol/n'éclate pas de rire en lui disant qu'il était un gros naze/s'évanouisse.
Comprenez-le.
...
Il soutint donc un long moment le regard de la jeune femme, tandis qu'il fit mine d'effacer la distance entre leurs deux visages, se rapprochant encore d'elle. Parce que, cette situation, sa allait un moment, ais l'hyperactivité de Sirius ne pouvait pas le rendre satisfait de ce silence étrange, de ses gestes stoïques et... Bref.
Commençant à déposer une salve de baisers sur la peau de Marlène, partant de son menton en remontant jusqu'à sous l'oreille de la Gryffondor, il lui souffla :


"Tu ne veux plus savoir... ?"

Parce que, n'oublions pas que si Sirius Black avait atteri dans cette position là, c'était seulement par eum... Provocation de la part de Miss McKinnon, qui voulait savoir qui était la fille précédemment installée dans ce même compartiment.
Voila, voila. La curiosité est un vilain défaut. Quoique, McKi' ne semblait pas vraiment détester la situation présente. A vrai dire, au regard qu'elle posait sur Sirius, il aurait parié, une fois encore, qu'elle appréciait ce qui se passait. Intéressant.
C'est donc sur cette pensée optimiste, mais qu'il savait véritable, que Sirius lâcha une de ses mains pour caresser les cheveux et la nuque de la dénommée Marlène McKinnon. Oh, ce n'était pas pour la faire céder, ou quoi que ce soit, loin de là... Bon, d'accord, si, un peu. Mais tout le monde sait, ici, que Sirius Black est manipulateur, et terriblement tentateur, alors, pourquoi se plaindre si on provoque les occasions, hein ? C'est comme... Grondé un chien qui n'obéit pas, alors qu'on ne lui a jamais appris à obéir, voila.
HUmm, excellente métaphore, excellente...


"..."

Marlène avait brusquement détourné le regard, semblait... Stupéfiée. Yes ? No ? What qui s'passe ?
La remarquant tout à coup de glace, il arrêta tout geste, et éloigna même son visage d'elle. Elle semblait vivante mais dans un coma éveillé, vous voyez ? Ouais, jolie métaphore, encore. Ahah. Bref. Il recula son visage de celui de la Gryffondor, puis ensuite, son torse. Sans aucunes réactions. Elle ne semblait pas indifférente, simplement euh... Comment définir l'image qu'avait à l'instant Sirius Black de Marlène McKinnon ? Hum ? Bref.

Curieux, évidemment, se demandant, évidemment, ce qui pouvait bien se tramait dans l'esprit de la brunette, il eut enfin la curiosité de tourner la tête. Sauf qu'il n'eut le temps de voir ce qui avait rendu la jolie brune stoïque, qu'elle s'animait de nouveau.
Bruyamment, et presque violement, puisqu'elle le... Taper ? C'était ce que semblait signifiaient les légers coups de poings qu'elle lui donnait. Hum...
La regardant, tout à coup sceptique, sans sourire, faisant totalement abstraction du fait qu'elle lui donnait des coups (vu la conviction avec laquelle elle les donnés aussi... --), ce fut à son tour d'être stoïque, essayant de comprendre. Car pour la première fois de sa vie, Sirius Black ne comprenait pas où voulait en venir la personne en face de lui.

N'oublions pas que le beau brun n'avait pas encore eu la chance d'apercevoir Miss Evans.
Bref.


"Marlène, tu..." Décidant de ne pas chercher à savoir ce qui n'allait pas chez la brunette, et commençant à être lasser des coups répétitifs qu'elle lui lancés, il se bascula pour se retrouver de nouveau assis, simplement à côté d'elle, et remarqua enfin... : "Ah, re-salut, Evans." ... Lily.

...

Non, non, Sirius n'était nullement mal à l'aise, et ne ressentait aucuns sentiments de gène. Même si Marlène avait presque crié au viol, et l'avait insulté de gros pervers (ce qu'il n'était pas plus, signalons-le).
Il laissait son regard pâle parcourir la rousse -tiens, était-elle ne serait-ce qu'un peu choquée ?- et ajouta, nonchalement :


"Tu n'aurais pas vu James, par hazard ?"

Non, non. A l'instant, Sirius n'essayait pas d'éviter ce qu'il venait de faire -ou tenter-, rien de là. C'était et sa avait été depuis toujours, sa manière d'être. Oui, oui, je sais, c'est très impressionnant, c'est personne qui vivent à la seconde, je sais, je sais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Liliann Evans
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1555
Age : 26
Humeur : Cupido sucks.
Citation du moment : Then, I'll go back and we'll pump it up.
Date d'inscription : 16/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Né-moldu
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Ven 1 Aoû - 22:15

Poor, poor Lily. Franchement. Il y a des scènes auxquelles... on ne s'attend pas. Et pourtant, personne ne sait pourquoi, personne ne sait comment, mais on les présencie. La nature a ses raisons que la raison ignore - comment ça, c'est pas ça la phrase ?

En fait, plus que choquée, Evans commençait même, quelque part, à ressentir de la gêne. Meeeerlin. Je veux dire, elle venait d'interrompre un moment super hot, si ça se trouve. Oh, et puis mince, bien sûr que ç'aurait été un moment hyper hot si la jeune rousse ne s'était pas incrustée là où on ne l'avait nullement appelée. Ce n'était pas sa faute, hein. Elle cherchait Marlene, et avait fini par la trouver. Seulement, elle ne s'était pas attendue à trouver Black avec. Elle ne pouvait pas savoir que celui-ci n'avait pas quitté Marlene, et encore moins qu'une Lenny et un Patmol tous seuls dans un bateau, ça fait que la température monte, monte, et explose le thermomètre.

Alors, première réaction : un pas en arrière, et une expression assez désolée.

Parce que, même si, la seconde d'après, Marlene commença à repousser Black, Lily n'était pas dupe. Ce qu'elle avait vu, et la manière dont Marlene avait été visiblement affectée par le jeune homme, je suis désolée, mais ça avait été trop évident pour qu'elle ne s'aperçoive de rien. Cela faisait six ans qu'elle connaissait Marlene. Et, sincèrement... elle avait tout compris.

[ En résumé : "Conta outra, Lene !" Neutral ]

Un moment, elle leva un sourcil, dubitative. C'était quoi, le petit théâtre de Miss McKi', hum ? Intérieurement, elle pensait qu'il ne pouvait y avoir que trois raisons concrètes.

1) Histoire de leurrer Lily.

2) Histoire de déstabiliser Sirius.

3) Les deux en même temps.

Et puis, pauvre Sirius. Parce que, si le 1) avait lamentablement échoué, le 2) semblait en voie de progression.

Enfin, Black la remarqua. Quelque part, elle eut presque peur qu'il se mette en colère. Après tout, elle n'avait jamais entendu parler de comment Sirius Black, le tombeur, réagissait lorsqu'on l'interrompait en pleine action... ou en pleine conquête, peu importe.

Elle ouvrit la bouche, légèrement, comme voulant s'excuser, mais elle ne fut pas assez rapide. A vrai dire, elle préférait que l'un des deux qui étaient devant elle et qui sortaient d'une situation très contraignante parle en premier. Ce fut Sirius.

Franchement.

Comme si elle en avait quelque chose à foutre de Potter à cet instant même. Insensé. Elle mit cela sur le compte de, euh... de la gêne ? Sirius Black est-il capable de ressentir de la gêne ? Hum. Intéressant, il faudrait faire une expérience et envoyer les résultats à un labo, pour que... bref, de toute façon, elle était intimement convaincue que Black avait lancé cette question au hasard, ou parce qu'il ne trouvait pas autre chose à dire. A moins que ce ne soit rien que pour l'embêter. Dans tous les cas, on ne demande pas à Lily Evans si elle a vu James Potter, non. C'est vraiment faire preuve de débilité. Néanmoins, elle répondit, doucement, assez ennuyée :


"Hum... Potter ? Ouais... J'ai dû l'entrapercevoir."

C'est tout. Ben oui, c'est tout. Je vous en prie, vous croyiez vraiment que Lily aurait pu faire un exposé de trois heures sur le pourquoi du comment elle avait rencontré Potter sur le chemin ? Alors vous déraillez sérieusement. Non, sérieux, cet être était tellement méprisable, tellement inintéressant que parler de lui la plongeait dans un ennui incroyable. Dans cinq minutes Evans aura quitté la pièce, si vous commencez maintenant.

En tout cas, l'un comme l'autre pouvait dire ce qu'ils voudraient, mais Lils avait vu ce qu'elle avait vu et elle ne l'oublierait à présent pour rien au monde. Je suis en regret de vous l'annoncer, mais ce serait au grand damn des deux jeunes gens qu'elle avait surpris. Car, réfléchissez bien, et dites-moi si avec une mère comme Rose Evans, Liliann aurait pu se taire ou ne pas imaginer des choses qui n'ont pas de place dans ce bas monde ? Chaos total si vous comptez en plus le fait que Lily est une romantique incorrigible. Ainsi, vous vous imaginez bien ce qu'elle imagina elle-même.

Donc, la réaction de gêne passée, Lily passa en mode "aaah, je comprends tout, c'est trop mignon, les amoureux !" Elle eut un petit sourire entendu, très soudain. Son regard se balada de Marlene à Sirius et de Sirius à Marlene. Sa main, qui n'avait pas quitté la poignée de la porte, s'y resserra. Relativement joyeuse, la rousse lança :


"Hum, mais je crois que je vous dérange... Je voulais juste laisser mes affaires, mais... en tout cas, Lenny, je me rends au wagon des préfets, comme d'habitude. Tu sais où me trouver. Mais, continuez, hein, faites comme si je n'étais jamais venue, ne vous gênez pas."

Et elle se garda bien d'ajouter "Vous êtes trop mignons, vous allez trop bien ensemble !"

Alors, Evans referma la porte de la cabine, sans même prendre la peine de laisser ses bagages. Sinon, elle aurait dû relâcher la pauvre Jewel, et elle se doutait bien que la petite chatte aurait dérangé le couple - en tout cas, dans sa tête, c'était déjà un couple.


"Zen, Jewel, je te lâche dans pas longtemps," émit-elle en réponse à l'agitement de son animal de compagnie dans le panier.

Mais ses pensées étaient bien ailleurs. Arpentant les couloirs, elle souriait bêtement toute seule, pensant que finalement, elle avait bien fait de présenter Sirius à ses parents. C'est vrai, à la fin, c'était grâce à elle que McKi' et Siri' étaient ensemble à présent ! Même si son amie semblait avoir honte de cette relation, vu qu'elle n'osait l'avouer à Lily elle-même, sa meilleure amie... Liliann se promit de faire ce qu'elle pouvait pour que Marlene surmonte ses peurs. Oui, elle serait là pour sa Lenny d'amour, absolument ! Après tout, il ne fallait pas avoir honte de quelque chose d'aussi beau. Nan.

Aaah, attendez deux milièmes de milliseconde. Ca voulait dire... que Marlene avait trouvé un petit copain avant Lily. Elle se sentit affreusement... seule. Il fallait qu'elle trouve Alice. Et qu'elle lui raconte tout. Ouiii.

Elle espérait juste la trouver avant d'atteindre le compartiment des préfets.

_________________



~ Présidente Suprême de la ligue Anti-Potter :.

x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marauderstimysh.positifforum.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Sam 2 Aoû - 2:06

Pour Marlene McKinnon, bien qu'elle avait commencé - je dis bien commencé - à croire ce qu'il se passait - et par ce qu'il se passait, j'entends le fait que Lily soit encore debout devant eux - ; Miss McKi' était comme incrédule, partagée entre la honte internationale et la réelle envie de creuser un trou, là, tout de suite, et de s'y enterrer.
Sirius et Lily étaient loin, très loin, à des années lumière de Marlene. Il lui semblait entendre des paroles, des « Tu n'aurais pas vu James, par hazard ? » et des « Hum... Potter ? Ouais... J'ai dû l'entrapercevoir. » Mais tout ça était loin, très loin.
C'était courant, chez Marlene. De se trouver dans une situation incroyablement gênante - comme celle qu'elle vivait, à cet instant précis - et de se perdre dans ses pensées, comme quittant cette dimension l'espace de quelques secondes. Oh, combien elle aurait aimé être, par exemple... dans les dortoirs des filles ou dans la salle commune des Gryffs. Oui, elle aurait vraiment aimé. Mais que voulez-vous, elle n'avait pas le choix. Elle était dans la réalité et dans cette dite réalité, sa meilleure amie venait de la surprendre en train d'embrasser - bon, d'accord, c'était Sirius qui l'embrassait et pas vraiment sur la bouche - un garçon qui était supposé être juste son ami. Certes... En apparence, comme ça, cela semble vraiment futile, mais, quand on y réfléchit...


1) Sirius n'avait aucun sentiment - amoureux, en tout cas - pour Marlene.

2) Marlene n'avait aucun sentiment - amoureux, en tout cas - pour Sirius.

3) En s'embrassant de la sorte, ils laissaient clairement sous-entendre qu'il y avait autre chose derrière leurs sourires et leurs regards complices.

4) Marlene se sentait coupable d'avoir délaissé Lily comme elle l'avait fait ; mais c'était trop tard, maintenant.

En réalité, Marlene ne pensait pas qu'il était trop tard. C'est la raison pour laquelle elle ouvrit la bouche, pour dire quelque chose, se justifier sûrement, ou tout simplement faire une remarque sur l'absence de Potter. Mais finalement... finalement, ce fut Lily qui reparla.


"Hum, mais je crois que je vous dérange... Je voulais juste laisser mes affaires, mais... en tout cas, Lenny, je me rends au wagon des préfets, comme d'habitude. Tu sais où me trouver. Mais, continuez, hein, faites comme si je n'étais jamais venue, ne vous gênez pas."

En entendant cette phrase, Marlene se sentit dix fois plus coupable qu'elle ne se sentait déjà.
Coupable.
Coupable et stupide.
Vous vous souvenez de son plan, avec des calculs, et tout ? Complètement foiré. Elle avait tout raté, Marlene McKinnon, et Lily lui en voudrait sûrement de lui avoir menti - parce qu'après avoir rencardé Sirius, il s'est passé que... Roh, et puis...


[Flashback]

"Oh Merlin, Marlene, tu as vu ça ? Tu l'as vu, hein ? Y a une fille qui a carrément éclaté en sanglots en te voyant !" s'exclama Alice, un grand sourire aux lèvres, tenant fermement les mains de Marlene.

"Oui, j'ai vu..." répondit-elle avec un faux air las, ne pouvant comprimer un sourire.

"Alors, c'était comment ?" s'enquit Lily, suçotant une plume en sucre.

"Bof... Pas si mal..."

"QUOI ?" s'étrangla la rouquine. "Mais c'est Sirius Black, quand même ! Allez, avoue que t'es accro."

"Mais non c'est pas vrai ! Je..."

"Complètement accro." ajouta Alice.

Les trois jeunes femmes sont restées très longtemps à se disputer, malheureusement à deux contre une, pour finalement arriver à faire Marlene promettre que Sirius ne lui manquerait pas, et qu'elle ne l'embrasserait plus jamais.


[Fin du flashback]


Comme vous pouvez le constater, Marlene venait de trahir une promesse et par-dessus le marché, elle avait réussi à avoir l'air fichtrement stupide.

Mais maintenant que Lily avait quitté les lieux, elle ne savait pas si elle devait la rattraper ou pas. Et puis elle avait bien dit qu'elle serait au wagon des préfets, et elle n'avait pas l'air particulièrement en colère, et...

C'était suffisant. Marlene n'irait pas la chercher. Pas tout de suite, en tout cas.
Lançant un regard furtif à Sirius - histoire de voir ce qu'il faisait - elle se leva et se dirigea vers sa valise. En grimpant sur la banquette, elle arrivait très bien à l'ouvrir, prenant ainsi son porte-monnaie - oui, Marlene était gourmande, on ne savait jamais quand la vendeuse de bonbons allait passer -, un crayon et un bloc-notes. Parfaitement.
Elle ne devait plus penser à Sirius Black, ni à l'incident précédent, et le meilleur moyen d'y arriver était de s'occuper l'esprit avec des choses et d'autres.
Elle s'installa sur la banquette à l'opposé de Mister Sexy - il fallait commencer par prendre des distances - puis ramena ses genoux vers elle, ces derniers servant d'appui pour son calepin. Elle scruta longuement la fenêtre, faisant abstraction de ce qui était autour d'elle, prit une longue inspiration puis posa son crayon sur le papier.

Marlene ignorait si elle allait écrire ou dessiner, mais en revanche, elle était sûre d'une chose : elle avait décidé d'ignorer Black. Parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maître Mot : Confusion.
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ~ Confusion de Crépuscule. [Lizlor ♥]
» Philtre de Confusion [Tous niveaux]
» Victime d'un Sortilège de Confusion... [libre...]
» Confusion / Confusion
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marauder's time - Génération perdue II :: Avant Poudlard :: Poudlard Express-
Sauter vers: