AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maître Mot : Confusion.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Dim 3 Aoû - 13:46

Résumons la situation : Marlène s'était mué dans un mutisme très étrange, quand on la connaissait, comme si elle était, en quelque sorte, génée par la situation dans laquelle elle se trouvait (mais y avait-il raison de gène ? A cette pensée, Mister Sex haussa légèrement pour lui-même un sourcil dubitatif). Lily n'avait pas vu James Potter, et Lily, encore présente, semblait les croire en couple. Le beau brun regarda durant de longues secondes la rouquine, comme semblant de lire son visag. Pourquoi pensait-elle, et réagissait-elle comme si McKinnon et Black étaient ensemble ? Hum... ? Il fut cependant obligé de ne plus regarder Evans lorsque celle çi partit.
Ce n'était pas parce qu'il s'était retrouvé dans une confortable position au-dessus de Marlène McKinnon -encore ici présente-, et que, peut-être, il avait légèrement effleurer celle çi de ses lèvres, que, forcément, sa signifiait qu'ils sortaient ensemble. Bon, d'accord. D'un côté, ils venaient de faire croire qu'ils étaient en couple depuis sept mois, tout ça, et connaissant l'esprit légèrement euh... Décalé de Lily, il se disait intérieurement que sans doute, cette dernière allait effectivement finir par croire qu'ils étaient ensemble depuis 7 mois, mais qu'ils n'osaient pas l'avouer, pour on ne sait quelles raisons.
Passons.
Si nous continuons le résumé de la situation, voila ce que celà donnerait : Lily avait quitté le compartiment, laissant Lène et Siri' ensemble. La Gryffondor s'était éloigné du beau brun, après avoir sorti un porte monnaie, un calepin, et une plume d'une de ses valises. Assise à l'autre bout du compartiment (voulez-t-elle s'éloigner de Mister Sexy ?), elle était toujours plongé dans son mutisme devenu à l'instant et bien, tout simplement effrayant. Et quant à Mister Sexy... Il n'avait pas bougé, toujours assis sur la même banquette-de-la-tentation, décontracté, et silencieux.
Parce que ce genre de situation ne le génait vraiment pas, en fait. Il avait vu pire, et tout ce qui était "petits tracas de la vie" ne le touchaient plus en rien. Ce qui pouvait s'avérait être une véritable qualité... Mais également un gros défaut. Enfin, sa faisait aussi partie de sa très grande force de caractère. Bref.


"..."

Si il poussa un infime soupir (rappelons que Sirius Black n'aimait pas vraiment le silence lorsque ce n'était pas lui qui l'avait réclamé), il était probable que sa compagne de compartiment ne l'avait pas entendu. Il bougea légèrement, restant assis, mais s'avachissant encore plus désinvoltement que ce qu'il pouvait déja l'être. Ne perdant pas une miette de son charisme éternel, il jeta un coup d'oeil à la montre en argent massif qu'il portait au poignet. Une très jolie montre, d'ailleurs. Elle valait chère, celà se voyait rien qu'à la finesse, pourtant dure, de sa conception. Depuis quand l'avait-il ? Le beau brun ne la possèdait que depuis le milieu de l'été. En réalité, après un nouveau petit défi-pas-très-net avec son frère de coeur, son Potter, ils avait décidé de rentrer au 12, square grimmaud, en pleine nuit. Oui, oui. Alors qu'il avait décidé de ne plus rentrer en contact avec sa "famille", Sir Black s'était mouvé dans son ancienne demeure, la nuit, simplement pour y récupérer certains objets. Pas n'importe lesquels : des objets qu'il savait tenir à coeur à ses parents, notament. Et c'est ainsi que, maitre dans l'art de la discrétion (surtout aidé par un James invisible), ils avaient octroyés ensemble nombreuses choses. C'était mal, très mal. Surtout que le butin, ils l'avaient partagés entre eux deux (en gardant cependant deux ou trois cadeaux pour Mus' et Pet'). Oui, c'était très mal de voler. Mais bon, tant pis, ils s'étaient bien amusés. Comme une très légère vengeance, qui sait ce que le subconscient de Sirius voit de la situation.
Bref, passons.
Regardant donc sa montre, il se mit à fixer la porte du compartiment : Evans leur avait dit qu'elle avait entrapercu James, celui ci ne devrait donc pas tardé à arrivr, non ?

Jouant à merveille l'indifférence, mimant le comportement de Marlène, il arrête cependant de faire comme si elle n'était pas là, et posa son regard brulant sur elle.
La fixant, encore une fois.


"Je ne m'excuserais pas, si c'est celà, ou un truc comme celà, que tu attends." Finit-il par souffler, voix basse et grave, sincère et sérieux -profitez-en-.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 4 Aoû - 0:49

Vous savez ce qu'il y avait de plus agaçant chez Marlene ? Son don inouï pour ignorer les autres. Bon, peut-être que ce n'était pas ce qu'il y avait de plus agaçant chez elle, mais... C'était vraiment embêtant. Surtout quand elle prenait ce petit air insouciant, comme ignorant réellement les évènements antérieurs.
Le regard plongé dans son calepin, elle le fixait, comme attendant qu'il lui dise quelque chose. Elle savait bien que les calepins ne parlaient pas, mais... dans le monde sorcier, on pouvait s'attendre à tout, non ? Exactement.

Marlene ne se souvenait même pas de la dernière fois où elle avait dessiné. En fin de première année, sûrement. Ah, tout était si facile... Il lui suffisait de poser son crayon sur le papier pour que les idées prennent forme d'elles-mêmes.
Si elle ne se souvenait plus de quand datait son dernier dessin, en revanche, Marlene n'avait aucun mal à se souvenir du pourquoi elle avait arrêté. Les dessins, ça lui rappelait le début de première année. Le tout début, même. Son entrée dans le Poudlard Express. Elle était tellement contente à l'idée d'apprendre la magie qu'elle en avait presque oublié sa nature timide. Elle était même prête à bavarder avec quelqu'un ! Seulement, en cherchant un compartiment de libre, elle est tombée sur un groupe de septième année plutôt... agressifs. Rencontre qui a eu sur la petite McKi' l'effet d'une douche froide. En y repensant, c'était bête, comme réaction. Mais que voulez-vous, à onze ans...

En y repensant vraiment, ce n'était peut-être pas cette rencontre qui avait fait Marlene perdre son goût pour le dessin, c'était autre chose. Oui, vraiment autre chose.
Oh... Elle s'était promis de n'en parler à personne. Elle se l'était juré, même. C'était ridicule. Ce n'était qu'un petit béguin d'enfance, rien d'autre, mais... Vous savez, Marlene était une fille comme les autres. Plusieurs sondages disaient que les filles, de manière générale, préfèrent les « bad boys ». Et c'était le cas de Marlene. Je ne parle pas de James Potter ou de Sirius Black, non, plus bad boy encore (mais si, c'est possible). Il était si mystérieux, son regard si troublant, ah, c'était... Scorpius Malefoy.
Je sais. Je sais. Mais Marlene était en première année ! Elle ne pouvait rien y faire. Absolument rien. Elle avait commencé à dessiner des Scorpius partout. Des Scorpius souriant, des Scorpius tristes, des Scorpius en colère et même des Scorpius en train de l'embrasser. Tout était si facile, dans sa tête.
Tout avait été facile jusqu'au jour où, elle ne savait pas trop comment, un de ses dessins avait fini dans les mains dudit. C'était... humiliant. A l'époque, Marlene avait beau avoir douze ans, elle n'en était pas moins innocente et fleur bleue.
Bien sûr, Malefoy lui avait beaucoup ri, accompagnant ses amis dans un fou rire incontrôlable.
Bien sûr, Marlene avait pleuré et n'avait rien dit à ses amies.
Bien sûr, elle se jura de n'en parler à personne (et pria pour que Malefoy et sa bande n'ébruitent pas l'affaire).
Et bien sûr, elle ne toucha plus jamais à un crayon, ayant toujours la même peur - stupide, peut-être - que quelqu'un tombe dessus et éclate de rire comme l'avaient fait les Serpentards.

Mais c'est peut-être cette expérience qui a fortifié le caractère de Miss McKi'. C'est peut-être parce que Sirius avait ce petit air de bad boy qu'elle a flirté avec lui l'année dernière. Peut-être. C'était plus fort qu'elle !

Toujours est-il que, les yeux toujours posés sur son calepin, elle se demandait si elle allait, oui ou non, vaincre cette... peur. Parce que c'en était une, en quelques sortes. Ça faisait bien six ans qu'elle n'avait pas dessiné.
Oui...
Non...
Oui ! Et tant pis si quelqu'un tombait dessus. Tant pis si c'était raté, si c'était moche, si c'était irréaliste ou tout simplement mal fait. Marlene allait dessiner, parce qu'elle aimait ça, et si quelqu'un parvenait à se moquer d'elle, elle n'éclaterait pas en sanglots. Non, elle utiliserait de sa baguette magique, si vous voyez ce que je veux dire.

"Je ne m'excuserais pas, si c'est celà, ou un truc comme celà, que tu attends."

Marlene regarda Sirius. Elle ne l'observait pas. Elle le regardait juste, gardant un air sérieux et neutre.
Des excuses ? Pourquoi Marlene voudrait-elle des...

*Attendez. C'est vraiment, ouais, c'est trop...*

Elle venait tout juste de remarquer. Remarquer quoi ? La position de Sirius. Il était avachi - ce qui aurait tendance à le rendre repoussant, mais ce fut tout le contraire qui arriva -, et il ne perdait pas une miette de son charme inné. C'était déroutant.
Certes, Marlene avait perdu les mots à l'entente de cette phrase (ben ouais quoi, elle savait pas s'il lui devait ou non des excuses), mais elle avait trouvé autre chose : un modèle.
Hum... Un modèle qui ignorait qu'il était un modèle. Parce que Marlene ne pouvait pas lui dire. Parce qu'elle ne pouvait pas lui dire qu'elle dessinait. Parce que cela entrainerait sûrement des « Ah bon, tu dessines ? Depuis combien de temps ? Tu te rappelles des dessins sur Malefoy, en première année ! On a jamais su qui les avait faits ! Oh, mais dis donc, on dirait bien que... Hé ! Ce serait pas toi ?! »
Vous voyez. Elle ne pouvait pas. C'est la raison pour laquelle elle allait devoir jouer de la discrétion pour que Sirius ne remarque pas qu'elle était en train de le dessiner.

Avant de commencer, tout de même, elle toussota légèrement, puis posa son regard sur son nouveau modèle :


"Euh... Non. C'est bon. Ça va."

Un fin sourire apparut sur ses lèvres, tandis qu'elle baissait la tête pour se mettre à dessiner.
Un trait, puis un autre. Et d'autres encore. Marlene jetait des regards furtifs à Sirius de temps en temps, espérant seulement, qu'il ne remarque pas. Qu'il ne remarque rien. Étrangement, Marlene eut l'impression que ça n'allait pas être facile... Pas facile du tout, même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 4 Aoû - 22:20

Elle mit un certain temps à lui répondre, un certain temps durant lequel Mister Sexy n'avait cessé de la fixer. Est-ce qu'il la dérangeait ? Oui, c'était pour ça qu'elle ne daignait pas lui... La Gryffondor lui répondit rapidement après s'être éclairci la gorge. Pas d'excuses ? De toute façon, il ne comptait pas lui en faire. Vous avez déja vu Sirius s'excuser, vous ? Et ben vouais, voila.
Alors que la jeune femme se replongeait dans son calpein, n'ayant, apparement, plus un seul regard pour lui, il poussa de nouveau un soupir. Exaspéré, sans cependant que celà ne se voye, par l'attitude de la rouge et or à son égart. Il tourna légèrement la tête, regardant par la vitre. Oh, le ciel s'assombrissait, tout à coup. Il regarda avec plus d'attention le quai, pas encore tout à fait vide, et fronça les sourcils en apercevant une femme, grande et aux cheveux d'ébène, serré très fort dans ses bras celui qui semblait être son fils, tout aussi grand qu'elle -mais qui ne repoussait en rien l'affection de sa mère-.
Il eut un soupir, et tourna, résigné, son propre visage vers l'intérieur du compartiment.
Ne se doutant même pas que Marlène avait décidé de le prendre comme modèle pour ses dessins. Il ne regardait d'ailleurs plus la brunette.

Silencieux, il laissa son regard envoutant parcourir l'endroit, et son regard se posa de nouveau au travers de la vitre, sur le même duo mère-enfant. Apparement, la femme faisait ses dernières recommandations à son fils qui, amusé, acquiesait en souriant.
Il poussa un nouveau soupir, et tourna de nouveau la tête. Comme un automate, il repoussa d'un geste délié la mèche de ses cheveux corbeau qui venait de tomber devant ses yeux. Puis, ne supportant pas l'inactivité, il sortit de sa poche sa baguette, après s'être redressé. Non, il n'allait pas lancer un sort à sa compagne -de compartiment-, loin de là. Tranquillement, et habituellement pour quiconque avait l'habitude de l'observait, il se mit à faire tourner, très agilement, sa baguette entre ses doigts, l'air de rien.
...
Ne cessant pas son geste, il se redressa encore, bougeant ses jambes de place pour essayer de trouver une situation encore plus confortable, et regarda de nouveau à l'extérieur : la femme avait été rejoint par son mari, qui la tenait à présent par ses épaules. L'homme regardait son fils et lui faisait un signe d'adieu, le regard confiant, tandis que l'élève s'éloignait avec ses valises... Et avec un autre garçon, lui ressemblant, bien qu'il fut plus petit. Son frère, sans doute. N-ième soupir. Il se laissa redescendre sur la banquette, se retrouvant de nouveau avachi. Un air apparement résigné sur le visage, tandis qu'il avait cessé de jouer avec sa baguette.
Le sol du compartiment était passionnant. Il plissa légèrement le nez, proie à de grandes questions et pensées philosphiques.
Pourquoi avait-il ressenti, l'espace d'un instant, la frustration de ne pas connaitre ce que semblait vivre cet élève ; la joie d'une vie familiale équilibrée ? Pourquoi l'avait-il, ne serait-ce qu'une seconde, enviait de vivre celà, et non lui ?
Son regard s'obscurcit tout à coup. Il secoua presque avec violence son magnifique visage, se maudissant de penser une nouvelle fois à ce genre de... choses. Il s'était promis de ne plus y penser, à tout ce qui avait attrait à la... famille, alors.

Un air buté, mais non boudeur, ni même enfantin, sur le visage, il releva son regard, s'étant convaincu d'une chose dont il ne parlerait à personne, pour sûr. Il parcourut une nouvelle fois le compartiment des yeux, et observa que Marlène était toujours là, apparement concentrée dans ce qu'elle faisait.
Il la fixa.
Très longtemps.
Ne la voyant cependant pas régair, il tourna les yeux, une fin voile brumeux les ayant rendu encore plus pâle que ce qu'il n'étaient habituellement. Plus pâles, mais néanmoins plus brulants. Ce regard là le rendait si intouchable, si loin de tout... Il reposa ses yeux sur Marlène, et croisa, furtivement c'était vrai, son regard. Elle n'osait plus le regarder ?


"Qu'est ce que tu fais ?" Lâcha t-il tout à coup, son visage, sa voix, son intonation ayant perdu toute trace de l'amusement puéril et rieur qui l'animait habituellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Mar 5 Aoû - 0:00

Marlene était plutôt fière d'elle. Pas encore de rature, ni un trait un peu trop grossier qui aurait rendu Sirius légèrement disproportionné, non... Rien qui ne pourrait la faire grincer des dents. Ah si, peut-être un infime petit détail insignifiant : son modèle se révélait être une vraie pile électrique. En même temps, les dons de télépathie chez Marlene n'existaient pas. Et puis, elle pouvait pas lui dire, non plus : « Arrête de bouger, Sirius ! Tu ne vois pas que je suis en train de te dessiner ? »
Non, elle ne pouvait pas.

Poussant un petit soupir agacé, exprimant tout à fait son humeur du moment, Marlene continuait de dessiner, faisant courir son crayon par-ci par-là.

"Qu'est ce que tu fais ?"

Marlene se crispa. Qu'est-ce qu'elle faisait ? Elle le dessinait. Pourquoi ? Parce qu'elle voulait se prouver qu'elle en était capable. Pourquoi Sirius ? Parce qu'il était fascinant.


"Je..."

Elle stoppa ses gestes, croisant le regard de son compagnon de compartiment. Était-ce vraiment le moment pour dire la vérité ? Non, sûrement pas.
Et raison de plus pour ne pas lui dire : il ne l'avait jamais vue dessiner. Marlene avait horreur d'être comme les autres, c'était une chose qu'elle ne pouvait considérer. Et en parlant à Sirius de ce passe-temps si peu original, il pourrait la prendre pour le genre de filles qui... Eh bien le genre de filles dont il avait l'habitude de sortir avec. Mais Marlene aimait par-dessus tout sortir de l'ordinaire, au risque de ne jamais plus sortir avec Sirius Black. Tant pis.


"Je prends des notes." termina-t-elle avec un petit sourire tout à fait... angélique.

Il n'allait sûrement pas la croire. Sûrement pas. Mais que pouvait-elle y faire, hein ? Peut-être qu'elle voulait, au fond, qu'il découvre ce qu'elle était en train de faire. Peut-être, mais elle ne se l'avouerait jamais.
L'espace d'un instant, elle crut voir dans les yeux de Sirius briller une étrange lueur, lui étant inconnue auparavant. Comme... Comme... Oui, on dirait bien de la... Non, impossible.


"Oui, je... Je prends des notes. De tout, de rien. Je fais des listes. Tu sais, ça occupe l'esprit, les listes, c'est amusant, et ça peut être vraiment intéressant et révélateur quand on s'y met."

Marlene venait de déballer toutes ces phrases avec un petit air névrosé qui lui donnait tout l'air d'être carrément gênée par la présence de Sirius. Ce qui n'était pas le cas, rappelons-le.
Mais soudainement, on ne sait trop comment, on ne sait trop pourquoi, une question lui échappa :


"Tiens, Sirius, pourquoi tu ne ferais pas une liste de toutes les filles que tu t'es tapé dans ce compartiment ?"

Un sourire sarcastique se dessina sur ses lèvres, disant clairement que l'incident de la banquette n'allait pas être oublié de si tôt. Ben ouais, quoi. Qu'est-ce qu'il croyait, le Sirius Black ? Maintenant que Marlene avait prouvé qu'il était totalement dépendant d'elle - bon, en tout cas, elle en était convaincue -, il ne restait plus à Sirius qu'à l'admettre. Ce qui était, il faut l'avouer, la partie la plus délicate de son plan.
Mais il n'y avait pas que l'incident de la banquette qui avait agacé Marlene - oui, parce qu'elle ne supportait toujours pas l'idée qu'elle avait laissé Sirius faire sans même y feindre aucune opposition, ce qui prouvait aussi qu'elle n'était pas totalement indifférente à ses charmes, m'enfin, bref -, il y avait aussi l'histoire avec Cassidy. Ah, Cassidy... Cette jeune Serdaigle qui n'était même plus "Miller" aux yeux de Marlene mais bien une sale pimbêche sans aucune dignité. Exactement.

McKinnon avait toujours le regard plongé dans les pupilles de Sirius, prête à affronter n'importe quelle réplique - persuadée d'avoir parfaitement raison -, à lui répondre à n'importe quelle question, et à montrer sa supériorité face au jeune homme. Franchement. Elle s'était préparée à tout. Bon, certes, s'il avait une soudaine envie de sauter sur Marlene, peut-être qu'elle perdrait un petit peu de ses moyens, mais... Il ne le ferait pas, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Mar 5 Aoû - 1:46

Rien qu'à regarder la septième année, après lui avoir posé une question parfaitement anodine, Sirius la sentit se crisper. Quoi ? C'était le ton qu'il avait employé qui la rendait tout à coup comme celà ? Ou peut-être étais-ce le fait que ce qu'elle faisait à l'instant ne devait surtout pas atterir devant les yeux de Sirius ? Une étrange lueur alluma le regard de ce dernier. Un peu comme une lueur de désir qui... Oui, le désir de la curiosité, d'aller voir ce qu'elle faisait, de lutter même pour le savoir et... Marlène McKinnon prenait des notes ? C'était bien ça qu'elle venait de lui dire, alors qu'il s'imaginait sautant de nouveau sur la Gryffondor, tentant et séducteur -juste pour voir ces... Notes ?
Il se massa sans aucunes convictions sa propre nuque, la regardant toujours.


"Ah oui, tu prends des notes..." La voix de Sirius à cette remarque, à la tonalité si basse, n'intimait cependant en rien le fait que le beau brun pouvait être vexé par le fait que Marlène ne daignait lui dire ce qu'elle faisait vraiment.

Parce que, il mettait sa main à coupée, ou mettrait même Potter au feu qu'elle ne prenait actuellement pas des notes. Vous savez, en cotoyant la brunette durant 6 longues années, il avait commencé à comprendre que l'air angélique qu'elle prenait n'était là que pour trompait son adv... Son interlocuteur. Vous voyez ? D'ailleurs, cette hypothèse -du mensonge de Lène'- fut confirmé par le fait que celle çi déballa soudain plusieurs phrases, comme un peu stressée, à une vitesse qui était propre à la gène -ou a un quelconque ressenti du genre-.
Il haussa imperceptiblement les sourcils, songeur sans le laisait paraitre.
Que cachait-elle ?
Il n'avait pas bougé de position, ne se redressant pas, mais dardant sur elle ce regard parfaitement... Vous voyez, le genre de regard fascinant, car vous ne pouvez que deviner les étincelles qui y dansaient.
Enfin bref.


"Si c'est aussi intéressant que ça, montre les moi, tes..." Mais elle l'interrompit, presque narquoise, en lui disant que lui n'avait qu'à faire la liste de toutes les filles qu'il s'étaient tapé dans ce compartiment.
C'était quoi, ça, au juste ? De la provocation ? De la moquerie ? Ce n'était pas sa faute si les filles s'entichaient à ce point de lui, et si, ivre de jeunesse, il en profitait.

Les pensées qu'il avait eu avant de se remettre à parler avec McKinnon l'avait rendu maussade, légèrement énervé. Oui, il était comme ç, cyclothimique, mais bon, ce n'était, là encore, pas sa faute si il était impulsif, incontrôlable et lunatique. Enfin bref, ses pensées précédents donc le retour à la conversation entre les deux Gryffondor que voici, l'ayant rendu moins joyeux qu'il ne l'était habituellement, il lança à McKi' un regard... Pas vraiment noir, mais un regard presque menacant.
Pas un regard menacant dans le genre "je vais te tuer", ni un regard menacant dans le genre "je vais te sauter dessus", non, un regard... Un peu violent, en fait. Un regard quelque peu hautain, non vexé mais... Guerrier. Enfin, de toute façon, un regard ne se décrit pas, alors... Enfin, vous voyez duquel je veux parler, hein ?
Donc, regardant l'espace de quelques longues secondes silencieuses McKi', ses lèvres finirent par s'étiraient, dévoilant sur la peau parfaitement bronzée de son visage, un sourire presque carnassier.


"D'accord."

Il se retrouva gracieusement sur ses deux pieds, et se mit à avancer vers Marlène, grand et fier.
Arrivé en face d'elle, il fit mine d'essayer de regarder ce qu'elle avait précédemment écrit, puis reposa ses pupilles claires dans celles de Marlène :


"Aurais-tu la gentillesse de me prêter une feuille, et une plume ?" Parce que, il savait très bien qu'il n'avait prit aucuns parchemins dans ses nombreuses valises, et que donc, il était inutile pour lui de farfouiller dans ses affaires, à la recherche de quelque chose qui n'y était pas. "S'il te plait ?" Si un certain amusement brillait dans son regard à présent, ce n'était pas un amusement enfantin, mais bien un amusement semblant malsain.
Ben quoi ? C'était elle qui avait commencé, non ?
Il refit un pas en direction de la belle brune, la regardant toujours.


"Et par "s'être tapé dans ce compartiment", tu entends, de simples embrassades, plus (+), ou les deux ?" Regard éloquent.

Quand Sir Black s'était auparavent plongé dans des torpeurs silencieuses qui le frustraient lui-même, mieux valait ensuite ne point le chercher.
Que dis-je ? Même si Sir Black ne s'était pas auparavent plongé dans des torpeurs qui le frustraient lui-même, il ne valait mieux pas de le chercher, au risque... Au risque de quoi, d'ailleurs ?
De se retrouver face a SIRIUS, inégalement charmant, se jouant d'un rien, fier et éloquent ; BLACK, exaspéremment hautain et innacessible, vil et intelligent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Mar 5 Aoû - 14:11

Des notes. Ce n'étaient que des notes ; et Marlene ne voyait toujours pas pourquoi Sirius avait tellement envie de les voir. Après tout, elle aurait pu être en train de rédiger la liste des invités pour son mariage. Et tous (tous, sans exception) savent combien Sirius a horreur du mariage. C'est vrai que ça aurait pu être une bonne technique pour empêcher que Sirius ne voie son dessin, mais... Elle y avait pensé un peu trop tard. Quoique...

"D'accord."

D'accord ? Qu'entendait-il par "D'accord" ? Il allait le faire ? Merlin. Ça allait être terriblement humiliant. Non, pas pour Sirius - il n'avait que très rarement honte de quelque chose chez lui, ce qui était, au point de vue de Marlene, eh bien... assez troublant -, mais pour Marlene. Elle aurait l'air fichtrement stupide, là, à lire une liste avec des dizaines de noms de filles. Surtout que, du côté de Marlene, elle n'avait jamais embrassé un garçon dans le Poudlard Express. Quoique si, peut-être, mais les amourettes de troisième année ne comptent pas.

Une expression légèrement effrayée se peignit sur le visage de McKi' quand Sirius se leva et s'avança vers elle, avec ce regard si... carnassier. Avouez qu'il faisait un peu peur, comme ça, et tous ceux qui connaissaient sa nature imprévisible devaient s'attendre à tout - même au pire.

Il fit mine d'essayer de jeter un coup d'œil au calepin de Marlene - ce qui la fit légèrement sursauter - tandis qu'elle cachait son oeuvre de ses mains - en priant pour qu'il n'ait rien vu.
Elle s'apprêtait à lui dire quelque chose comme : « Quelle indiscrétion ! », mais ce fut Sirius qui parla le premier.

"Aurais-tu la gentillesse de me prêter une feuille, et une plume ?"

Elle déchira - avec une petite grimace résignée - une feuille de son calepin et tendit à Sirius le crayon qu'elle utilisait pour son dessin. Tant pis, elle continuerait plus tard.

Elle sursauta de nouveau quand il s'avança encore vers elle. Elle avait les yeux rivés sur ses mains - tenant la feuille et le crayon - et refusait de croiser le regard de Sirius ; mais elle était sûre qu'il la regardait. Elle sentait son regard sur elle.

"Et par "s'être tapé dans ce compartiment", tu entends, de simples embrassades, plus (+), ou les deux ?"

En entendant Sirius se vanter de la sorte - oui, parce que pour Marlene, il se vantait presque tout le temps - elle ne put retenir un éclat de rire et planta un regard plutôt provoquant, sur son... compagnon de compartiment.


"Voyons, Sirius, tu..."

Marlene avait du mal à cesser ses rires, mais que voulez-vous, la vantardise de Sir Black prêtait parfois - souvent, même - à la rigolade. Elle darda sur lui des yeux chargés d'amusement, tandis que tout à coup, une idée lui traversa l'esprit comme... une étoile filante pouvait traverser le ciel. Très rapidement.

*Non, il ne peut quand même pas...*

Le sourire radieux qui était sur le visage de Marlene disparut en un rien de temps, laissant place à une mine plutôt... interloquée.


"Attends, t'es sérieux ?" lâcha-t-elle, sa voix se faisant légèrement... déconcertée.

Après tout, même si c'était Sirius Black, enfin, il ne pouvait pas... avec des filles... dans un train, et puis... c'était répugnant et...
M'enfin, c'était Sirius Black.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 11 Aoû - 20:58

Il prit dans ses mains la feuille et le crayon de Marlène, en lui adressant par la même occasion un grand sourire, le genre de sourire semblant parfaitement sincère, mais qui ne l'est pas, et que sa se voit que sa ne l'est pas. Vous voyez ? Bref. Enfin, ce sourire non pas parce qu'il éprouvait une quelconque gène a ce qu'il devait faire, ou même une quelconque frustration, ou quoi que celà soit, hein, mais voila, Mister Sexy, aux suites de cette précédente et silencieuse longue torpeur s'était... Enervé. Ouais. Il en faut peu... Quoique.
Alors qu'elle riait, il attendait toujours sa réponse, aucuns sourires ne venant sublimer son magnifique visage. Est-ce qu'il avait cherché à être drôle ? NON. Est-ce que des étincelles d'amusement brillaient dans son regard ? NON. Est-ce qu'il venait de lui sortir une énorme blague ? NON. Alors, pourquoi elle riait ?
Son visage magnifiquement ciselé était fermé, et se dégageait de lui une hora imposante par force de caractère. Il la fixait toujours -Sirius faisait partie de ces gens qui avait beaucoup moins besoin que la moyenne de cligner des yeux- et observa avec encore plus d'attention Marlène lorsque celle çi changea d'attitude.

Et ben voila.
C'est ça, c'est celle tête qu'on tire quand on apprends la vérité sur Sirius Black.
Tsss...

Il la regardait toujours, nullement décontenancé.


"Ouais, je suis un gros pervers répugnant. Dommage, hein ?" Toujours debout devant elle, il se mit à tapoter la feuille qu'il tenait dans ses mains avec le crayon, dans un rythme si régulier que sa en devenait horripilant. Enfin, lui s'en fichait. "Alors ?" Parce que, elle n'avait pas répondu à sa question.
Voila, Marlène McKinnon, la curiosité envers Sirius Black, c'est mal. Enfin, non pas que celà le génait vraiment de parler de ses relations, hein, mais bon, il était vrai que certains sujets qui se révélaient être intimes -selon sa considération sirusienne du mot "intime"- et qui le concernaient, et bien, Sirius n'aimait pas forcément trop en parler, ou qu'on en rigole, ou... enfin, elle avait eu ce qu'elle voulait, hein ?
Quoique, dans l'absolu, il s'en fichait, hein ?
Le tapotement sur la feuille se fit plus lent, tandis qu'il réfléchissait, sans cesser de la fixer. Il fronca très légèrement ses sourcils : pourquoi était-il de mauvaise humeur et contre elle, déja ? La vision qu'il avait eu précédemment -de la petite famille-, lui revint en mémoire, et son regard s'obscurcit de nouveau.
Là encore, le rythme des tapotements changea et ils furent plus rapides, tandis qu'il se disait qu'il ne devait plus avoir de réactions face à ces sujets là.

Hum...

Il arrêta enfin les tapotements. Se passa une main dans la nuque, tout en regardant Marlène. Quoi, il l'avait choquée ? Peut-être lui avait-elle parlé, lorsqu'il était plongé dans ses propres questions et réfléxions personnelles et existencielles ?


"..."

Sans aucunes mauvaises intentions, il finit par la quitter du regard et se laissa tomber à côté d'elle, toujours silencieux.
Lui même perdu par ses propres sautes d'humeur, qui étaient devenues plus violentes qu'auparavant durant l'été. Et oui, malgré ses airs, Sirius Black n'était qu'un homme, pas un dieu...


"Tu vois, je..." Il avait tourné de nouveau son regard étincelant vers elle, comme sérieusement ennuyé, mais il coupa brusquement sa phrase, et lâcha : .. Non, rien." A quoi celà servait de parler, hein ?
Il resta silencieux quelques secondes, se tatant lui même quant à que dire, et passa, bien évidemment, du coq à l'âne. L'air de rien, comme si tout allait bien dans le meilleure des mondes :
"Tu as passé tes vacances avec Evans ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Carolyn McKinnon
Modo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 532
Humeur : Happy
Citation du moment : Time is sex baby
Date d'inscription : 14/12/2006

Feuille de personnage
Année: 4ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Mer 27 Aoû - 23:24

Rentrée. Ce mot résonnait dans les oreilles de Carolyn. Poudlard lui avait tellement manqué. Bien sur, ses vacances avaient été formidables, quoi de mieux que de profiter de toutes ces fêtes, moldues ou non et de tous ces mecs inconnus et qu’elle ne reverrait probablement jamais ? Non, Carolyn n’était tout de même pas une Sirius au féminin, elle ne faisait que flirter la plupart du temps.

Enfin bref, la jeune fille se trouvait sur le quai 9 ¾, regardant autour d’elle. Pour la cinquième fois… ce jour était plutôt exceptionnel car pour la première fois, Carolyn n’était pas sur le point de louper le train. Elle s’était levée à l’heure le matin et au lieu de courir partout pour faire sa valise comme chaque année, elle avait attendu le dernier moment et avait supplier sa mère de la faire avec un sort, évidemment, celle-ci n’avait pas refusé et Carolyn avait pu se préparer tranquillement. Elle avait donc eu le temps de se coiffer, bien que ses cheveux ne soient pas particulièrement "rebels". La jeune fille avait enfilé une petite jupe plissée noire, un haut plutôt décolleté et des chaussettes multicolores puis s'était glissée dans ses converses

Il faut bien l’avouer, la jeune fille était plutôt fière d’elle. Et c’est de cet air satisfait qu’elle contempla le train et les élèves qui s’y engouffraient.
Elle salua quelques connaissances et souriait à une serdaigle lorsqu’un Pouffsoufle lui rentra dedans, elle se retourna violemment, lui lançant un regard noir.


Nan mais ça va pas l-

Elle se rendit alors compte qu’il était plutôt mignon, ravalant son antipathie, elle entama alors la discussion.

Et c’est tandis que le jeune homme lui parlait de ses résultats aux BUSES que le train siffla. La jeune fille soupira, jamais elle ne serait en avance, c’était probablement un signe du destin.

Elle monta donc dans le train et quitta le jeune homme afin de se trouver un compartiment. Elle traversa le train et tomba finalement sur un compartiment occupé seulement par deux personnes : Sirius Black et sa sœur aînée.

Sirius semblait triturer une feuille et sa sœur l’observait. Aw, ça semblait tendu. Carolyn ouvrit bruyamment la porte.


Salut les geeeeeens 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Dim 7 Sep - 12:52

[McKinnon, Marlène de prénom, tu as déserté ?????!!!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Marlene McKinnon
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 974
Age : 24
Citation du moment : Early to rise and early to bed makes a man healthy but socially dead.
Date d'inscription : 06/08/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Dim 28 Sep - 15:52

[ Noooop ! ]

Oui, Sirius Black était un gros pervers répugnant. Et c'était dommage - parce qu'il était canon.
Marlene ne cessait de fixer sa feuille tandis que lui, visiblement très détendu, tapotait la sienne à l'aide du crayon. Elle s'apprêtait à dire « Les deux. » avec son petit air résigné qui lui allait si bien mais, finalement, il ajouta autre chose.

"Tu vois, je..."

Et comme à chaque fois que Sirius commençait une de ses phrases de cette façon, Marlene ne put s'empêcher de tourner son regard vers lui. Elle attendait la suite.

".. Non, rien."

Et ça, c'était parfaitement ce qu'elle détestait. Elle détestait Black.

Une question. Une question que Marlene était loin d'imaginer, évidemment. Mais elle fit comme rien ne s'était passé, et prit son air le plus posé qui soit.


"Ouais."

Mais maintenant elle était décidée à répondre. Elle allait dire « Oui, ça marche pour les deux. »
Et devinez quoi ? On l'avait - encore - empêchée d'en placer une.

Warum ? Parce que sa petite soeur, ce petit monstre pseudo-rebelle qui avait le même sang qu'elle, venait de rentrer.
Si vous pensez qu'elle allait rentrer, tête baissée, l'air honteux, détrompez-vous.

"Salut les geeeeeens !" fut la première chose sortie de sa bouche, tandis qu'elle arborait un large sourire.

Petite impertinente.

A ce moment précis, Marlene sentit une vague de colère gigantesque s'emparer d'elle. Elle était débile, la Carolyn ! Et si elle s'était vraiment perdue, hein ? Et si quelque chose lui était arrivé ? Qu'est-ce qu'elle allait dire aux parents, Marlene ?

Il lui fallait une punition digne de ce nom. Absolument.
Elle avait trouvé. Du moins, pour le moment.

Tandis qu'elle posa délicatement son calepin à côté d'elle, Marlene croisa les jambes et esquissa un léger sourire. Sourire entre sarcastique et hautain, presque victorieux.


"Tiens, contente de te revoir, Lynn." fit Marlene sur un ton très calme, presque sincère.

Soudain, comme si elle venait de se rappeler de quelque chose d'important, elle prit une petite inspiration et ajouta, sur le même ton :

"Ah ! Au fait... Pour les chaussures que tu avais demandées à maman, lâche l'affaire. Elle voudra plus en entendre parler quand je vais lui dire ce que t'as fait."

Avant que sa terrible - et idiote - de petite soeur ne puisse dire quelque chose, Marlene poursuivit, ce même sourire aux lèvres :

"Oh ! J'allais oublier : avant que tu ne rampes à mes pieds pour que je ne dise rien aux parents, sache que je veux 5 gallions et ta nouvelle veste en cuir de chez Gaichiffon."

Voilà.
Et histoire de se montrer encore plus supérieure - était-ce possible ? - elle se tourna vers Sirius, sans prêter aucune attention à Carrie. Non, sincèrement, elle n'existait plus pour Marlene ici présente, et continua, comme si de rien n'était :


"Où en étais-je ? Ah, oui ! Ça marche pour les deux, de simples embrassades ou plus."

Elle avait - enfin - réussi à en placer une. Même plusieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 26
Humeur : Unstable.
Citation du moment : Les êtres sont régis par des rapports de séduction...
Date d'inscription : 30/07/2006

Feuille de personnage
Année: 7ème année
Statut du Sang: Sang-pur
Affinités:

MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   Lun 6 Oct - 20:09

"Ouais". "Ouais". Sa signifiait quoi, au juste, "ouais" ? A la réponse de Marlène, il ne répondit par la suite rien. Et la regarda longuement, aucunes expressions sur son splendide visage. Enfin, après un laps de temps qu'il jugea assez troublant, il cessa de la regarder, et posa ses yeux argents sur la banquette en face de lui.
Parce qu'une banquette était plus intéressante que Marlène McKinnon ? Non. Parce que Marlène McKinnon ne voulait apparement plus lui parler, et qu'il ne souhaitait rien lui montrait (parce qu'après, la Gryffondor allait dire qu'il était boudeur, tétu, pevers, ce genre de choses). Donc, fixant la banquette, il ruminait ses pensées, en essayant de se dire que "putain, il était quand même Sirius Black, et qu'il se devait d'aller toujours bien".
Mouais.
Et alors qu'il se redressait sur la banquette, prêt à redevenir l'être exaspérant d'hyperactivité qu'il était d'habitude, la porte du compartiment s'ouvrit sur... Yes, bingo! Mini McKinnon, apparement très... Joviale.

Il haussa un sourcil sceptique, mais un léger sourire se dessina sur ses lèvres tant convoitées. Il venait d'avoir une idée.
Après tout, il était Sirius Black, non ? Et Sirius Black allait toujours bien, et Sirius Black agissait toujours, et Sirius Black ne manquait jamais d'idées pour embêter son entourage.
Hum...


"Hey salut, Carolyn !" Ton amusé, assortit au sourire qui venait maintenant éclairé son visage... En l'y regarder, Sirius semblait vraiment heureux de voir Mini McKinnon. Enfin, il était heureux de la voir, hein... Mais plus qu'il ne l'était de voir Marlène ? C'était en quelque sorte ce qu'il voulait que cette dernière pense.
Hum ? Pourquoi ? Parce que, il venait de décider, à l'instant, que son nouveau but dans la vie était de... Comment dire ? Hum... Mettre McKi' à bout de nerf, tout le temps. POurquoi ? Pourquoi s'occupait tout à coup d'elle, alors qu'il ne la considérait que comme une copine ? Et bien... Parce qu'elle était sexy, dans le genre Gryffy-effrontée.
Mouais. !
Bref.
Revenons-en a Mister Sexy, et Mini McKi.


Il suivait chaque mouvements de celle çi, et lui adressa, en se passant -par habitude- une main contre sa propre nuque :

"Ca va ?" Enfin, dans l'absolu, ce comportement émanant de Sirius n'était pas étrange. Simplement... Il ne s'occupait plus de Marlène. Niet, par un regard.
Même quand celle çi commenca à parler, non.
Au contraire de lui porter le moindre bout d'interêt, il se contentait d'afficher un faux visage sérieux à Carolyn, en n'imitant pas Marlène, mais, comment dire ? En faisant passer légèrement pour ridicule les propos qu'elle tenait et...
Il cessa son nouveau et un-peu-bête petit jeu lorsque Marlène reporta son attention sur lui, après avoir fait une sorte de leçon à sa petite soeur. Hum...

"Où en étais-je ? Ah, oui ! Ça marche pour les deux, de simples embrassades ou plus."

???
En l'observant, on pouvait penser que le beau brun venait tout juste de se rappeler qu'auparavent, il tenait une discution avec Marlène : en effet, il venait de tourner dans un geste mesuré son visage vers elle, et la regardait, son sourire magnifique/sexy/splendide/charmant/charmeur/inoubliable/fantasmagorifique ayant complètement disparu.


* Peux-tu me rappeler encore une fois pourquoi tu agis comme ça ?
..
Parce que.
Certes. *


"..." Et ses suites à ces non-paroles qu'il commença à fixer Marlène, dans une fixatittude très fixe, vous voyez.
D'un regard troublant car si mystérieux que sa en devenait... Obsédant. Le regard de Sirius, quoi.
1...2....3....6....10....12....18......22....23.
C'était long, parfois, 23 secondes.
Et ce fut au bout de ce long moment qu'il souffla à Marlène un "d'accord" (cette fois, comme vous pouvez le constater, c'était de Carolyn qu'il ne s'occupait plus), avant de la quitter des yeux, et de se mettre à écrire sur la feuille, tracant un trait étrangement droit coupant la feuille en deux parties verticales.

Regardant ce simple trait, il approuva pour lui-même, et un nouveau sourire naissant, presque malsain, sur ses lèvres, il se mit à écrire des noms, réfléchissant parfois avant de les placer dans la colonne numéro 2, intiulé "+", et où n'était pour l'instant écrit que 2 noms.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wxw-chocapic-wxw.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maître Mot : Confusion.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maître Mot : Confusion.
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ~ Confusion de Crépuscule. [Lizlor ♥]
» Philtre de Confusion [Tous niveaux]
» Victime d'un Sortilège de Confusion... [libre...]
» Confusion / Confusion
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marauder's time - Génération perdue II :: Avant Poudlard :: Poudlard Express-
Sauter vers: